Le printemps dernier, le chemin Morin à Cumberland a été complètement submergé par les eaux de la rivière Outaouais.

Inondations: aucune mention de Clarence-Rockland

Même si la municipalité de Clarence-Rockland a été durement touchée par les inondations de 2017 et de 2019, elle n’est pas mentionnée une seule fois dans le rapport du conseiller spécial en matière d’inondations Doug McNeil.

Clarence-Rockland est l’une des 23 municipalités ayant déclaré l’état d’urgence en raison des inondations au printemps dernier.

Au début du mois de septembre, le conseiller spécial Doug McNeil et le ministère des Richesses naturelles et des Forêts ont organisé une tournée de neuf jours échelonnée sur deux semaines, où ils ont fait de nombreuses visites guidées des zones touchées par la crue printanière de 2019.

M. McNeil a passé deux jours à Ottawa, où il s’est rendu notamment dans les secteurs de Britannia, de la baie Constance, de la baie Rhoddys, de Westmeath et de Braeside. Il a aussi passé du temps à Pembroke, North Bay, Muskoka, Cambridge, London et Toronto, entre autres.

Son rapport, publié en octobre et rendu public jeudi, explique que les municipalités visitées devaient répondre à certains critères. Par exemple, il fallait que la municipalité ait déclaré l’état d’urgence, qu’elle ait fait une demande à voir le ministère et le conseiller spécial, et que des inondations majeures aient été subies dans les dernières années.

La municipalité de Clarence-Rockland répondait à toutes les exigences pour recevoir une visite de M. McNeil.

Toutefois, même s’il n’a pas reçu le conseiller chez lui, le maire Guy Desjardins a pu assister à deux réunions à Ottawa, en compagnie du maire Jim Watson, notamment.

Dans un courriel envoyé au Droit, le ministère des Richesses naturelles et des Forêts explique que le conseiller spécial n’a pas eu le temps de visiter toutes les communautés affectées par les inondations.