La municipalité de Fort-Coulonge force l’évacuation d’un quartier complet.

Évacuations obligatoires à Fort-Coulonge

La municipalité de Fort-Coulonge force l’évacuation d’un quartier complet «en raison des dangers posés par la crue printanière».

Sur sa page Facebook, la municipalité demande aux personnes qui résident dans la zone évacuée de quitter leur domicile et d’appeler le bureau municipal au 819-683-2259, poste 225 afin de s’inscrire au registre des sinistrés.

Lundi matin, le maire de la municipalité, Gaston Allard, indiquait au Droit que le niveau d’eau des rivières Coulonge et des Outaouais ont surpassé ceux de la crue historique de 2017 depuis quelques jours déjà.

À LIRE AUSSI : Une digue menace de céder à Pontiac [VIDÉO]

***

Liste des rues évacuées à Fort-Coulonge

  • Rue Bertrand
  • Rue Desrochers
  • Rue Baume (après la rue Francoeur)
  • Chemin Bord de l’Eau
  • Rue Beaulieu
  • Rue Francoeur
  • Rue Miron
  • Rue du Centre Récréatif
  • Rue Rose

***

C’est particulièrement la rivière Coulonge qui causerait des ennuis dans ce village du Pontiac puisqu’elle menace la rue Baume, la route principale dans le secteur. Le ministère des Transports du Québec a réalisé des travaux dans les derniers jours afin de protéger cette artère cruciale de Fort-Coulonge, disait M. Allard.

Depuis dimanche, 120 résidences ont été évacuées dans ce village de 1300 âmes.

«Le sommet est constamment repoussé. Ça devait être la semaine dernière, ensuite c’était lundi. Maintenant, on parle de mercredi, soulignait M. Allard avec un peu de découragement dans la voix, lundi matin. On a hâte que ça arrête de monter.»

Malgré la situation difficile, Gaston Allard a dit voir de belles choses se manifester dans sa communauté. Il s’est notamment dit touché de la solidarité qui s’exprime dans son village. Il raconte avoir vu des gens perdre leur maison et immédiatement commencer à aider leurs voisins à protéger leur propriété.

«Les travailleurs sont fatigués, mais personne ne va arrêter. Ce n’est pas la fin de Fort-Coulonge, on va passer à travers.»