Inondations Pointe-Gatineau

Avenir des zones inondables: Gatineau veut participer à la réflexion

Même s’il écourtera sa présence aux assises annuelles de l’union des municipalités du Québec (UMQ) en raison des niveaux d’eau qui sont toujours élevés, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, entend y plaider pour que les villes aient leur place dans la réflexion sur l’avenir des zones inondables.

M. Pedneaud-Jobin participera seulement à trois grandes activités de l’UMQ, mercredi et jeudi à Québec.

Parmi les messages qu’il souhaite faire passer, il y a celui de «l’absolue nécessité que les municipalités soient associées à chacune des étapes qui s’en viennent, des étapes de réflexion, des étapes de décision».

«On a une connaissance des conséquences des inondations, on a une connaissance de nos communautés», a-t-il mentionné mardi.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin

Le maire de Gatineau souhaite aussi faire valoir que les municipalités auront besoin de «ressources financières considérables pour la suite des choses, autant pour lutte aux changements climatiques que pour l’adaptation aux changements climatiques».

Considérant l’expérience acquise au fil des catastrophes naturelles des dernières années, M. Pedneaud-Jobin prévoit également «offrir les services de Gatineau».

«On a développé des connaissances qu’on aurait aimé mieux ne pas développer, a-t-il mentionné en point de presse. On veut vraiment les partager avec le reste du Québec. Je dirais même que c’est en quelque sorte un devoir qu’on a, parce qu’on a développé cette expertise-là basée sur bien des souffrances de gens de Gatineau. […] Notre contribution pourrait être extrêmement importante.»