Contrairement à l'année dernière, tout porte à croire que la région sera épargnée par des inondations majeures ce printemps.

Crue des eaux: rien d’alarmant

La crue printanière de cette année n’a rien à voir avec la catastrophique édition de 2017. Une brève comparaison des statistiques sur la rivière des Outaouais, entre 2017 et 2018, démontre que le cours d’eau est de bien meilleure humeur aujourd’hui qu’il y a un an.

Personne n’a vu autant d’eau couler dans les rivières de la région qu’en 2017.

Un peu partout, des records étaient fracassés.

Au barrage de Carillon, à Pointe-Fortune, la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais avait enregistré un débit affolant de 8 862 m³/s, le 8 mai 2017.

L’ancien record de 1976 (8 190 m³/s) a été battu d’un claquement de doigts.

Lundi, le débit de la rivière, au même barrage, n’était « que » de 4064 m³/s, soit moins de la moitié de ce qui avait été enregistré un an auparavant, presque jour pour jour.

Dans la MRC de Pontiac, le niveau le plus élevé a été de 75,95, le 6 mai 2017. Son niveau était de 74,30 mètres, lundi.

Au lac Deschênes, à Britannia (Ottawa), le niveau le plus élevé a été de 60,44 m le 6 mai 2017, marquant encore une fois l’histoire.

Lundi, au même endroit, son niveau était de 58,93 mètres.

Dans le secteur Hull, à Gatineau, la journée du 7 mai 2017 est passée à l’histoire, avec un pic à 45,13 mètres, dépassant les niveaux qui avaient été observés lors des inondations de 1974 (44,91 m) et de 1976 (44,74 m).

Lundi, on observait le niveau de l’eau, à 42,55 m.

Mise à jour
La Sécurité civile de l’Outaouais ne prévoit pas de crue importante, cette année. Le printemps, froid et tardif, déplaît aux amateurs de températures estivales, mais satisfait les autorités civiles, qui surveillent les réservoirs et rivières de la région.

Le lent dégel permet à l’eau de se libérer de façon graduelle, évitant la formation d’embâcles majeurs, et d’inondations qui en découlent.

Les débits des principaux cours d’eau augmenteront cette semaine, puisque des averses de pluie sont prévues.

La Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais doit mettre les informations sur les différents niveaux d’eau tous les jours.

Selon la dernière mise à jour, « les niveaux et les débits devraient continuer leur hausse en début de semaine et pourraient occasionner des inondations mineures par endroits dans les basses terres ».

L’organisme précise que « les réservoirs du bassin se remplissent graduellement ».

Les rivières du Lièvre et de la Petite-Nation sont aussi sous surveillance.