Crise du suicide dans une Première Nation de Terre-Neuve-et-Labrador

LABRADOR CITY, T.-N.-L. - Une communauté des Premières Nations du centre du Labrador dit vivre une crise du suicide après avoir recensé 10 tentatives de suicide en l’espace d’une semaine.

Dans une déclaration publiée mardi soir, le chef Eugene Hart de la Première Nation innue de Sheshatshiu a indiqué que la série de tentatives est survenue à la suite de la mort d’une jeune femme au cours du week-end.

Il n’a pas précisé comment la jeune femme est morte, mais des médias ont rapporté que le corps d’une femme de 20 ans a été retrouvé dans un lac de la région, samedi.

M. Hart a aussi dit que la communauté de quelque 1300 personnes a de la difficulté à composer avec la dizaine d’autres décès survenus dans les derniers mois, tous de causes naturelles.

Il affirme que les décès ont été particulièrement difficiles pour les jeunes de la communauté et qu’il n’y a pas suffisamment de ressources pour les aider à faire leur deuil.

«Nous partageons la douleur qui afflige notre communauté et nous espérons trouver une manière d’apaiser cette douleur ensemble», a écrit Eugene Hart dans une déclaration publiée sur Facebook.

Mardi, le chef a déclaré avoir sollicité l’appui du bureau du premier ministre de la province, du ministère des Affaires du Labrador, de la GRC, de Santé Canada, de Labrador-Grenfell Health et d’autres organisations.

M. Hart a indiqué que de l’aide à court terme serait offerte dans trois centres pour soutenir les membres de la communauté. Il a précisé que l’aide à court terme vise à permettre de travailler en parallèle sur l’implantation de services à long terme.

Une travailleuse sociale du centre de guérison de Sheshatshiu, Julie Pike, a confirmé que des ressources supplémentaires ont été appelées en renfort, dont des intervenants en traumatisme.

«On espère pouvoir intervenir maintenant et leur offrir des services pour aider ces jeunes à retrouver l’équilibre afin d’aller de l’avant et de leur offrir d’autres formes d’aide dans le futur», a-t-elle dit.

L’un des enjeux essentiels dans le cas de jeunes vivant des traumatismes est de leur fournir un endroit où aller quand ils souffrent, particulièrement la nuit, explique Mme Pike.

Des ressources supplémentaires sont donc nécessaires afin de maintenir le centre de service ouvert 24 heures par jour au cours des prochaines semaines.

Dans une déclaration publiée mercredi, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador Dwight Ball dit s’être entretenu avec le Chef Hart au sujet de ressources supplémentaires qui pourraient être dépêchées sur place.

«Les appels à l’aide de la communauté de Sheshatshiu soulignent le fait que malgré les progrès accomplis dans l’amélioration des services de soins en santé mentale et en dépendances à travers la province, il faut faire beaucoup plus», peut-on lire dans le communiqué diffusé par le premier ministre Ball.

Des taux de suicide disproportionnés parmi les communautés autochtones du Labrador ont été documentés dans une étude publiée en 2016 dans la revue spécialisée American Journal of Public Health.

Selon l’étude, les taux étaient 14 fois plus élevés au sein du Peuple innu du Labrador comparativement au reste de la population non autochtone de Terre-Neuve-et-Labrador.