Des bénévoles d’une banque alimentaire de Gatineau ont lancé un cri du cœur pour recevoir de l’aide qui leur permettra de trouver un nouveau local pour poursuivre leurs opérations.
Des bénévoles d’une banque alimentaire de Gatineau ont lancé un cri du cœur pour recevoir de l’aide qui leur permettra de trouver un nouveau local pour poursuivre leurs opérations.

Cri du cœur pour sauver une banque alimentaire de Gatineau

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Des bénévoles d’une banque alimentaire de Gatineau ont lancé un cri du cœur pour recevoir de l’aide qui leur permettra de trouver un nouveau local pour poursuivre leurs opérations.

La banque alimentaire Dépannage Sainte-Maria-Goretti, située dans le secteur Gatineau, devra cesser ses activités le 31 octobre, car elle perd son local aux mains de la paroisse.

La paroisse Sainte-Maria-Goretti avait prêté le local aux bénévoles pendant plusieurs années afin qu’ils puissent mener leurs activités de bienfaisance. Or, les bénévoles ont reçu l’indication, il y a quelques semaines, que la paroisse reprendra possession du local en question, situé dans le sous-sol de l’église Sainte-Maria-Goretti, à compter du 31 octobre. La dernière journée d’activité de la banque alimentaire, qui œuvre depuis 45 ans, devrait avoir lieu le 27 octobre.

Selon les informations obtenues par Le Droit, ce sont les Chevaliers de Colomb qui occuperaient le local lorsque la paroisse en reprendra possession.

Les bénévoles dénoncent d’ailleurs le manque d’implication de la paroisse dans la recherche d’un nouveau local pour l’organisme de bienfaisance.

« Les bénévoles ont tous le cœur gros. On croit que c’est le mandat de l’église d’aider les gens, mais là on dirait qu’ils ont changé d’idée. Personne ne comprend pourquoi la paroisse agit comme ça », déplore au Droit une bénévole de la banque alimentaire Sainte-Maria-Goretti, qui préfère demeurer anonyme par peur de représailles.

« Ce qui est pénible c’est que la banque alimentaire Jean-Marie-Viennay a fermé l’année dernière. Saint-René-Goupil doit fermer bientôt parce que l’église doit être vendue, alors si on déplace le Dépannage, il n’y a plus personne qui va pouvoir servir ce territoire-là », raconte la bénévole.

La banque alimentaire est située dans le sous-sol de l'église Sainte-Maria-Goretti. Elle doit maintenant se trouver un nouveau local si elle veut poursuivre ses opérations.

Chaque année, le Dépannage Sainte-Maria-Goretti vient en aide à près de 165 familles du secteur.

« C’est difficile à vivre parce que j’ai connu ces familles-là. Je les ai vu grandir, il y en a qui ont réussi à s’en sortir. On leur donne ce qu’on peut leur donner. C’est sur qu’on n’a pas de travailleurs sociaux chez nous, mais au moins on a les outils pour les référer aux bons endroits. Maintenant tout ça tombe à l’eau parce que l’église a besoin de plus de locaux. Je trouve ça terrible. »

La bénévole indique que l’organisme a reçu des offres pour des nouveaux locaux, mais les options présentées ne correspondent pas à leurs besoins.

« Ces nouveaux locaux-là sont trop loin de la clientèle qu’on dessert. La majorité de nos bénéficiaires n’ont pas d’auto. De plus, il ne semble pas y avoir suffisamment d’espace pour entreposer tout notre matériel et nos denrées. Les autres locaux disponibles sont bien au-dessus de nos moyens financiers. »

« On a fait appel à divers contracteurs, mais personne ne peut aider. On en sait plus vers où se tourner. S’il y a une âme charitable quelque part qui peut aider ces gens-là, c’est tout ce qu’on veut », conclut-elle.