Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pour les sept derniers bilans, l'Outaouais a enregistré une hausse moyenne de 16 nouveaux cas de COVID-19 par jour.
Pour les sept derniers bilans, l'Outaouais a enregistré une hausse moyenne de 16 nouveaux cas de COVID-19 par jour.

Zone orange: «le risque demeure» en Outaouais [VIDÉO]

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
L'Outaouais a enregistré mercredi une hausse de 14 nouveaux cas de COVID-19, tandis qu'un décès supplémentaire associé au virus est déploré. Au lendemain de l'annonce d'un passage en zone orange dès lundi prochain, les autorités régionales ont voulu rappeler que «le risque demeure» et que les citoyens doivent continuer à faire preuve de vigilance.

Bien que la détection de 14 cas observée dans le bilan région de mercredi représente une augmentation par rapport aux neuf nouveaux diagnostics rapportés la veille, il s'agit d'une hausse inférieure à celles observées entre samedi et lundi.

La directrice régionale de la santé publique, la Dre Brigitte Pinard, a fait savoir mercredi en point de presse qu'il reste une douzaine d'éclosions actives en Outaouais. Il y a en sept dans des milieux de travail, trois dans des milieux de soins ou d'hébergement et deux en milieu scolaire. Les équipes responsables des enquêtes épidémiologiques sont aussi «de plus en plus en mesure d'identifier les sources de contamination des nouveaux cas», a souligné la Dre Pinard.

Alors que le gouvernement du Québec a annoncé mardi que l'Outaouais basculera en zone orange dès le 22 février, la Dre Pinard a tenu à rappeler que le respect des nouvelles consignes sera primordial pour limiter les risques que la transmission gagne du terrain.

«La stabilité que nous avons connue dans les trois dernières semaines est l'élément clé qui nous permet […] de continuer de façon étapiste à alléger les mesures sanitaires, a-t-elle précisé. Il est clair que l'adhésion de notre population aux mesures sanitaires de base et au suivi de l'ensemble des consignes qui seront en place va être le facteur clé pour continuer à bien contrôler la situation. […] Il faut s'assurer de faire tous les efforts nécessaires pour éviter un retour des mesures plus strictes.»

Le virus reste donc «présent dans notre communauté», a insisté la Dre Pinard. Alors que les nouveaux variants «augmentent le risque de faire face à une flambée rapide», les autorités régionales invitent les citoyens à bien se renseigner sur les mesures qui s'appliqueront dès lundi prochain, puisqu'elles diffèrent de celles qui étaient en vigueur lorsque l'Outaouais était au palier orange, au début de l'automne dernier. «C'est une question de temps» avant qu'un nouveau variant ne soit détecté en Outaouais, a mentionné la Dre Pinard, qui souhaite toutefois «retarder le plus possible l'apparition et la transmission de variants» dans la région.

Quelques mesures en zone orange (dès le 22 février en Outaouais) :

  • Le couvre-feu sera en vigueur de 21h30 à 5h.
  • Les commerces pourront demeurer ouverts jusqu'à 21h; certaines exceptions s'appliquent, entre autres pour les stations-service.
  • Les visites dans les domiciles privés demeureront interdites, sauf pour les personnes vivant seules ou pour les proches aidants.
  • Maximum de 25 personnes pour les funérailles.
  • Réouverture des restaurants. Maximum de deux adultes par table; ils peuvent être accompagnés de leurs enfants mineurs. Une preuve de résidence dans la région sera requise.
  • Les bars resteront fermés.
  • Réouverture des cinémas et des salles de spectacle avec places fixes assignées dès le 26 février.
  • Bibliothèques ouvertes.
  • Les déplacements d'une région à l'autre ne sont pas recommandés.
  • Les activités sportives ou récréatives à l'extérieur pourront réunir un maximum de huit personnes de résidences différentes.
  • Gyms : entraînement en solo ou en bulle familiale seulement.

Cas actifs

Pour les sept derniers bilans, l'Outaouais a enregistré une hausse moyenne de 16 nouveaux cas de COVID-19 par jour. Depuis le début de la pandémie, un total de 6079 cas ont été confirmés en Outaouais, ce qui correspond à une personne sur 66.

Le nombre de cas actifs dans la région connaît une légère hausse de cinq par rapport à mardi. L'Outaouais compte maintenant 129 cas actifs, soit 100 dans les secteurs Hull, Aylmer et Gatineau (+3), 12 dans le territoire des Collines-de-l'Outaouais (+2), dix dans Papineau (+1), moins de cinq dans la Vallée-de-la-Gatineau (stable) et moins de cinq dans le Pontiac (stable). Sur l'ensemble des cas actifs dans la région, 26 sont des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO).

Une autre victime

Un nouveau décès est par ailleurs venu assombrir, mercredi, le bilan de la pandémie en Outaouais. Le CISSSO a indiqué que la plus récente victime du virus dans la région était hébergée à la résidence privée pour aînés Le Monastère, dans le secteur Aylmer, où une éclosion est toujours en cours. Huit résidents y sont encore infectés.

Aucun décès associé à la COVID-19 n'avait été déploré en Outaouais depuis le bilan du 30 janvier – exception faite de trois décès remontant à 2020 qui ont été ajoutés à retardement à la compilation régionale.

Le virus a fait 158 victimes en Outaouais jusqu'à présent, dont 125 depuis le début de la deuxième vague, en septembre.

La situation demeure stable dans les deux autres milieux d'hébergement de la région où des éclosions ont récemment été détectées, avec quatre cas actifs au Manoir Gatineau et un cas actif à la Résidence Shayla.

Vaccination

La campagne de vaccination contre la COVID-19 pourra être relancée en Outaouais. Un total de 9798 doses ont été administrées dans la région jusqu'à présent, un nombre inchangé depuis le bilan de lundi.

La directrice de la campagne en Outaouais, Nency Héroux, a fait savoir que le CISSSO a reçu 3510 doses du vaccin de Pfizer mercredi, ce qui permettra de reprendre les injections dans les résidences privées pour aînés. Des travailleurs de la santé qui n'avaient pas encore reçu une première dose pourront l'obtenir.

«La vaccination à la population n'est pas ouverte encore, mais la campagne publicitaire s'en vient, a indiqué Mme Héroux. […] Le coup d'envoi de cette campagne-là va se faire pour l'ensemble des régions. Il n'est pas impossible qu'il y ait des régions qui commencent un petit peu avant, mais à ce moment-ci, on n'est pas capable de se prononcer.»