Versement hâtif du Fonds de la taxe sur l’essence: message positif, mais pas la solution, selon Maxime Pedneaud-Jobin

La décision du fédéral d’accélérer le transfert aux municipalités du versement annuel du Fonds de la taxe sur l’essence ne change rien pour Gatineau, mais le maire Maxime Pedneaud-Jobin voit dans ce geste «un message positif que le gouvernement reconnaît les difficultés des villes» causés par la pandémie de la COVID-19. «Ce n’est pas une solution», enchaîne-t-il toutefois sans hésitation.

Ottawa a annoncé lundi que les villes recevront en juin 2,2 milliards $ en un seul paiement plutôt que les deux versements prévus plus tard dans l’année.

«On devance de l’argent qui allait venir de toute façon dans six mois», a reconnu le premier ministre Justin Trudeau, lundi à son point de presse.

Ces 2,2 milliards $ représentent l’ensemble du financement prévu pour 2020-2021 du fonds fédéral.

Les municipalités estiment à 10 milliards $ leurs besoins, étant donné les pressions financières qu’elles subissent depuis le début de la pandémie. Cette aide, elles la réclament depuis le début du mois d’avril.

Les sommes du Fonds ne sont pas des crédits additionnels, a tenu à signaler le maire de Gatineau. Cet argent doit servir à des projets d’infrastructures.

Le manque à gagner de Gatineau cette année en raison des mesures de confinement associées au nouveau coronavirus est évalué entre 25 et 35 millions $. M. Pedneaud-Jobin espère qu’Ottawa viendra en aide aux municipalités et aux services de transports en commun municipaux qui sont dans le rouge en raison des baisses marquées de l’achalandage.

Le premier ministre a d’ailleurs promis que le gouvernement fédéral en fera davantage pour aider les municipalités. Mais pour cela, il lui faut négocier avec les provinces. «Nous respectons les champs de compétence», s’est-il justifié.

«La porte était fermée il y a quelques semaines. Là, la porte est ouverte, et c’est une bonne nouvelle», a indiqué le maire de Gatineau.


« Si on est nous-mêmes en train de faire des compressions, en train d’annuler des projets d’infrastructures parce qu’on doit boucler le budget, on fera partie du problème, pas de la relance. »
Maxime Pedneaud-Jobin

«Si on veut une relance économique, il faut que les villes en fassent partie», a plaidé Maxime Pedneaud-Jobin.

«Si on est nous-mêmes en train de faire des compressions, en train d’annuler des projets d’infrastructures parce qu’on doit boucler le budget, on fera partie du problème, pas de la relance. C’est pour ça que de l’aide aux villes c’est aussi une façon de faire la relance parce qu’on accompagne nos entreprises, on dépense dans notre communauté, on embauche du monde», a continué le maire de Gatineau, rappelant que la Ville a dû procéder à des compressions en raison de la situation actuelle.

À la Fédération canadienne des municipalités (FCM), on s’est empressé de rappeler la demande de 10 milliards $, en réagissant au versement des 2,2 milliards $.

«Comme il ne s’agit pas de nouvelles sommes, ce premier pas modeste et préliminaire ne permettra pas d’enrayer les choix difficiles auxquels les municipalités sont confrontées», a déclaré Bill Karsten, président de la FCM, dans un courriel transmis à La Presse canadienne.

Nombre de cas

Il y a eu plus de 1 691 000 tests administrés au Canada depuis le début de la pandémie. Environ 5 % d’entre eux ont détecté la maladie. La semaine dernière, on a fait passer, en moyenne, 29 000 tests par jour.

En date de lundi, on a recensé 91 647 cas confirmés ou probables dans l’ensemble du pays. La COVID-19 a provoqué la mort de 7325 Canadiens.

Distribution des cas au pays, selon les plus récents bilans provinciaux et territoriaux: 51 354 cas au Québec, dont 4661 décès; 28 263 cas en Ontario, dont 2276 décès; 7010 cas en Alberta, dont 143 décès; 2573 cas en Colombie-Britannique, dont 164 décès; 1057 cas en Nouvelle-Écosse, dont 60 décès; 646 cas en Saskatchewan, dont 11 décès; 295 cas au Manitoba, dont sept décès; 261 cas à Terre-Neuve-et-Labrador, dont trois décès; 132 cas au Nouveau-Brunswick, dont 120 guéris; 27 cas à l’Île-du-Prince-Édouard, tous guéris; 11 cas au Yukon, tous guéris; cinq cas dans les Territoires-du-Nord-Ouest, tous guéris; aucun cas au Nunavut.

À ces bilans provinciaux et territoriaux s’ajoutent les 13 cas, tous guéris, chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars.

Avec La Presse canadienne