Medicago a cette particularité de fabriquer ses vaccins et des anticorps sur une «plateforme végétale».
Medicago a cette particularité de fabriquer ses vaccins et des anticorps sur une «plateforme végétale».

Vaccin contre la COVID-19: Medicago annonce des résultats prometteurs

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Medicago semble en bonne voie de mettre au point un vaccin efficace contre la COVID-19. L’entreprise de Québec a annoncé mardi matin les résultats des premiers essais cliniques de son candidat-vaccin, montrant que 100 % des participants ont développé des anticorps qui les protègent contre le nouveau coronavirus.

«Ce sont des résultats très encourageants, a commenté Nathalie Landry, vice-présidente aux affaires scientifiques et médicales chez Médicago, par voie de communiqué. Après deux doses, le vaccin expérimental induit une production d’anticorps neutralisants [ndlr : des protéines qui se «collent» au virus et le rendent inopérant] et une forte réponse immunitaire cellulaire, ce qui est prometteur et justifie la poursuite d’une évaluation clinique.»

Il ne s’agit cependant que d’un essai clinique dit «de phase 1», qui sert d’abord à s’assurer de la sécurité du vaccin, et non à mesurer son efficacité. Les phases 2 et 3, que Medicago entend démarrer dès qu’elle obtiendra l’autorisation de Santé Canada, permettront de raffiner les connaissances sur ses effets. Il faut aussi considérer ces résultats avec prudence parce que, pour l’instant, ils n’ont fait l’objet que d’une «prépublication» — c’est-à-dire qu’ils n’ont pas encore passé à travers les étapes de révision par d’autres chercheurs qui mènent à une publication en bonne et due forme dans la littérature scientifique.

Cette phase 1 n’a pas trouvé d’effets secondaires graves au candidat-vaccin. Ceux qui ont été rapportés chez les participants étaient assez rares et toujours bénins, comme pour la plupart des autres vaccins connus. Il s’agissait d’un peu de fatigue, de maux de tête, fièvre et de frissons généralement faibles ou modérés, et de courte durée.

Comme beaucoup d’autres vaccins, celui de Medicago présente au système immunitaire des «morceaux de microbe», soit des protéines qui se trouvent à la surface de virus de la COVID-19. Ces protéines sont présentées dans une double couche de lipide — exactement comme elles se présentent à la surface de virus dits «enveloppés» comme les coronavirus.

L’essai clinique de phase 1 a porté sur 180 volontaires adultes (18-55 ans) et en santé qui ont reçu trois doses différentes de ces «particules pseudo-virales», comme les appelle Medicago, soit 3,75 microgrammes (µg), 7,5 µg ou 15 µg. Certains ont aussi reçu un «adjuvant», soit une substance qui stimule la réaction immunitaire, et d’autres non. Avec pour résultat que chez ceux qui avaient reçu un adjuvant, les doses requises pour obtenir une réaction immunitaire robuste étaient moindres, ce qui pourrait à terme permettre de produire plus de vaccin.

Rappelons que Medicago a cette particularité de fabriquer ses vaccins et des anticorps sur une «plateforme végétale». La compagnie possède un procédé qui permet de «manipuler» des plantes de manière à ce qu’elles fabriquent les protéines voulues. Les feuilles sont ensuite récoltées et les protéines en sont extraites, puis purifiées.