Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

«Une semaine d'enfer» en attendant un résultat de dépistage

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une famille de l'Outaouais vient de passer «une semaine d'enfer» en attente du résultat du test de dépistage passé par l'aîné de six ans. Les parents ont dû appeler Info-Santé trois fois, faire venir une ambulance et transporter l'un de ses jumeaux de 14 mois au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l'Ontario (CHEO), tout ça avant même de savoir si le plus vieux avait ou non la COVID-19.

Au bout du fil lundi matin, Charles était tout de même soulagé. Le résultat de son fils de six ans était arrivé la veille – après une attente de cinq jours – et il était négatif. Mais la petite famille est passée par toute une gamme d'émotions dans l'attente de ce résultat, puisque les petits jumeaux de 14 mois ont aussi présenté des symptômes.

Le réseau de la santé de l'Outaouais «est brisé», estime Charles, que Le Droit avait croisé dans la file d'attente au centre de dépistage du secteur Hull, mardi de la semaine dernière. Il hésitait à quitter les lieux pour se rendre à Ottawa et y faire tester son fils de six ans, après la déclaration d'un cas confirmé dans sa classe. Le petit étant nerveux à l'idée de subir le test, il n'a pas voulu le bousculer et a attendu trois heures pour le faire dépister sans rendez-vous au centre de dépistage installé dans les locaux de La RessourSe.

Le grand de six ans avait déjà des symptômes le jour du test de dépistage. Ses petits frères de 14 mois ont suivi deux jours après, avec le nez qui coule, de la toux et de la fièvre. Le résultat du dépistage du grand frère n'était pas encore arrivé.

Charles, qui préfère taire son nom de famille, a alors composé le 811 pour joindre Info-Santé, où il a pu obtenir des conseils sur les signes à surveiller dans l'état de santé des jumeaux. «J'ai aussi appelé la santé publique pour avoir des nouvelles du test du plus grand, raconte-t-il. […] Ils m'ont juste dit que le test avait été envoyé à Montréal.»

Dans la nuit de vendredi à samedi, l'état d'un des jumeaux s'est détérioré. Le résultat du grand frère n'était toujours pas arrivé.


« Je capotais, je ne savais plus quoi faire. »
Charles, un père de famille

«J'ai rappelé au 811, raconte le père. […] On m'a dit qu'on allait me rappeler d'ici 48 heures pour me donner un rendez-vous avec un médecin pour le petit.» Appel qui n'a jamais été reçu encore.

Un troisième appel au 811 a dû être fait samedi avant-midi. Les parents ont ensuite dû demander une ambulance afin que l'état de santé du petit puisse, à tout le moins, être évalué.

L'équipe de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais qui s'est présentée à la maison leur a dit que le petit de 14 mois pouvait être transporté à l'hôpital.

«Mais je leur ai dit que je n'avais plus confiance dans le système de santé québécois», rapporte Charles. Il a demandé si l'état de santé du bambin était assez stable pour l'amener lui-même au CHEO. La réponse étant affirmative, il a pris la direction de l'hôpital pédiatrique d'Ottawa avec le jumeau. Là-bas, il a pu obtenir de la médication pour améliorer la respiration du petit. «Ça a fait une grosse différence», affirme le père.

Le jumeau a lui aussi été testé pour la COVID-19 lors de son passage au CHEO. Le résultat de son grand frère est arrivé dimanche – cinq jours après le test passé à Gatineau. Le résultat du test passé au CHEO est arrivé lundi – après deux jours.

Charles a bien entendu le ministre de la Santé, Christian Dubé, dire qu'il s'occuperait «personnellement» du problème des délais observés dans le processus de dépistage en Outaouais.

«C'est toujours la même histoire: on n'a pas de sentiment de confiance, les Gatinois, envers le système de santé, estime Charles. […] Ce serait le fun que [le ministre] répare le problème.»

À LIRE AUSSI : L'Outaouais «n'est pas notre meilleur cas», admet le ministre Dubé à TLMEP

Selon le CISSSO et le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe, une certaine amélioration est déjà observée par rapport aux délais qui prévalaient au cours des dernières semaines. Le réseau affirme qu'à l'heure actuelle, 80% des tests de dépistage réalisés en Outaouais sont en attente d'un résultat depuis moins de 48 heures.

À LIRE AUSSI :

Dépistage en Outaouais: «la situation s'est quand même améliorée», dit Lacombe

COVID-19: l'Outaouais enregistre la plus forte hausse par 100 000 habitants au Québec