L'Université du Québec en Outaouais
L'Université du Québec en Outaouais

Une rentrée à distance dans les cégeps et universités

Catherine Morasse
Catherine Morasse
Le Droit
La cloche a sonné : six mois après que la pandémie ait chamboulé les activités d’enseignement postsecondaire, le retour physique sur les bancs d’école s’est amorcé mardi pour les étudiants de la plupart des cégeps et université de la région.

À l’Université du Québec en Outaouais (UQO), comme ailleurs, la dernière journée de cours en classe a eu lieu le vendredi 13 mars dernier, juste avant que Québec ne décrète l’état d’urgence sanitaire. Voir des étudiants revenir au pavillon sur Alexandre-Taché a donné le sourire au personnel, souligne la rectrice de l’établissement, Murielle Laberge. « On s’ennuyait d’eux! » 

Compte tenu des mesures de santé publique, « il n’y a pas foule » sur le campus, ajoute-t-elle. La rentrée 2020 se fait « en formule hybride » - façon de dire que des quelque 1000 activités d’apprentissage prévues cette session, certaines auront lieu en personne, d’autres en ligne, et d’autres, les deux, de façon à ce que « hebdomadairement, on ait peut-être 40% de notre effectif étudiant sur le campus », détaille la rectrice. 

On s’attend à ce que près de 70% des étudiants aient à se rendre à l’université au moins une fois pendant la session. « Nous, on est opérationnels à 100%. On offre 100% de nos services, même si on n’est pas à 100% sur le campus. » 

La rectrice de l'UQO, Murielle Laberge

Cet horaire complexe est le résultat de six mois de travail logistique qui ont mobilisé toutes les ressources de l'UQO. Les réaménagements sont multiples. En plus de la modification des lieux physiques – signalisation, espacement des bureaux, ajout de distributeurs de désinfectant… –, l’université offrira à sa clientèle des locaux où suivre sur place des cours en ligne, des ateliers de gestion du stress ainsi que des services d’orthopédagogie, de mentorat et de tutorat pour les nouveaux étudiants dont la dernière session au Cégep a été interrompue, entre autres mesures. 

« Nous, on est là pour l’étudiant, souligne Mme Laberge. On a déployé beaucoup, beaucoup de ressources et d’activités pour les soutenir, pour s’assurer qu’ils continuent de progresser dans leur cheminement académique et pour qu’ils réussissent. » 

Alors que l’Outaouais a été placée en mode « préalerte » mardi, l’UQO indique qu’elle insistera sur le respect des mesures déjà en place. Aucune activité n’est annulée pour l’instant. 

Du côté du Cégep de l’Outaouais, c’était la rentrée mardi, après deux semaines d’activités d’accueil. Comme à l’UQO, les cours seront hybrides cette session. Au plus, on s’attend à ce que les étudiants des programmes techniques soient présents « de 40 à 50% du temps », indique le conseiller en communication Simon Desjardins. En tout, les édifices seront limités à 30% de leur capacité d’accueil. 

Là aussi, des services de mentorats en personne et en ligne seront offerts aux élèves du secondaire dont le dernier semestre a été chamboulé. « C’est sûr qu’on a un souci particulier pour la persévérance scolaire, ajoute M. Desjardins. L’année scolaire a fini prématurément, donc on a bonifié nos centres d’aide » dans les matières principales couvertes au secondaire. En mathématiques, par exemple, un test diagnostic sera proposé, de même que l’accompagnement d’un tuteur ou d’un enseignant ressource pour faire une mise à niveau. 

À l’Université d’Ottawa, 95% des cours seront offerts à distance. « Seuls un nombre réduit (environ 200) de cours seront offerts en présentiel en raison de la nature de la matière enseignée (médecine, sciences infirmières, laboratoires). Environ 3 000 (sur un total de 43 000) étudiants seront donc présents sur le campus à un moment ou un autre », note l’Université par courriel. 

Le campus de l'Université d'Ottawa

Une clinique de dépistage sera installée sur le campus. « Pour l’instant », elle fonctionnera à rythme réduit et ne servira que la communauté universitaire.