Yves Beaudoin, copropriétaire du restaurant le Brasier et partenaire de cette initiative.

Une question de survie: des restaurateurs se regroupent afin de traverser la crise 

TROIS-RIVIÈRES— À l’instar d’autres secteurs économiques, la restauration est frappée de plein fouet par la crise du coronavirus. L’urgence d’agir incite des restaurateurs à s’unir pour offrir un service d’information auprès de la clientèle et pour inciter celle-ci à soutenir cette industrie qui pourrait bien perdre des joueurs à moyen terme.

Resto3R est le nom donné à cette initiative lancée par des restaurateurs indépendants de Trois-Rivières. Via cette initiative, on veut limiter la propagation de la COVID-19 tout en préservant l’industrie de la restauration dont le quotidien est chamboulé. Les règles fixées par le gouvernement pour limiter la propagation du coronavirus exigent des restaurateurs qu’ils réduisent de 50 % leur capacité d’accueil. Certains restos ont modifié leurs heures d’ouverture. D’autres ont mis en place un service de commandes en ligne pour déjouer la baisse d’achalandage en établissement.

Par le site internet www.resto3r.com qui sera accessible d’ici jeudi, les citoyens pourront avoir accès à ces informations, pourront faire une commande en ligne et pourront acheter des cartes cadeaux qui sont payées maintenant, mais qui seront utilisées dans quelques semaines.

«Ça peut faire la différence dans la survie de certains restaurants. Les gens qui achètent maintenant pour consommer après l’état d’urgence, ça peut sauver des restaurants, car certaines dépenses pour les restaurateurs continuent. C’est un élément de survie pour plusieurs restaurants», a déclaré Yves Beaudoin, copropriétaire du restaurant le Brasier et partenaire de cette initiative, lors d’une conférence de presse tenue mardi par vidéoconférence à Trois-Rivières.

Resto3R va aussi offrir une carte cadeau commune. Les citoyens pourront acheter une carte qui encourage cinq ou dix restaurants. Cette carte commune sera un bon moyen de découvrir des restos et de soutenir les établissements auprès desquels les clients ont développé leurs habitudes.

Le regroupement met aussi une ligne téléphonique (1 873 387-1900) à la disposition des clients. Ceux-ci auront ainsi une autre façon d’obtenir les informations reliées à ce domaine.

«Il y a une cinquantaine de restaurateurs indépendants à Trois-Rivières et 24 embarquent actuellement dans cette initiative. Dans les prochaines 48 heures, on souhaite mobiliser l’ensemble des restaurateurs de Trois-Rivières pour répondre aux questions de la population», ajoute M. Beaudoin, dont l’établissement est fermé temporairement.

Cette démarche reçoit l’appui de nombreux organismes, dont celui de la Ville de Trois-Rivières.

«J’encourage les restaurateurs à s’inscrire à cette démarche, à mettre leur nom sur le site. Et j’invite les gens à y participer massivement», mentionne le maire, Jean Lamarche, qui estime que la solidarité et la créativité sont les éléments qui permettront de réduire l’effet de la pandémie.

«On va partager l’initiative à nos membres. C’est important que tout le monde se sente interpellé», estime Andréanne Guilbert, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières.

Bouffe à Shawi

Une initiative semblable a vu le jour mardi, à Shawinigan. Le site Bouffe à Shawi (bouffeashawi.com) recense les restaurants qui offrent la possibilité à leurs clients de se faire livrer leur repas à domicile ou de venir le chercher au comptoir. 

Les restaurants qui offrent ces options à leur clientèle peuvent s’inscrire en créant leur profil sur le site internet. Mardi soir, neuf d’entre eux l’avaient déjà fait. 

Cette initiative a été lancée par l’entrepreneur Stéphane Daoust, qui avait été l’instigateur de la campagne «J’aime Shawi», en 2006. 

Avec Matthieu Max-Gessler