Environ 10 500 élèves du primaire des commissions scolaires francophones de l'Outaouais reprennent le chemin de l'école de lundi à mercredi.
Environ 10 500 élèves du primaire des commissions scolaires francophones de l'Outaouais reprennent le chemin de l'école de lundi à mercredi.

Un retour à l'école pas comme les autres pour 10 000 élèves de l'Outaouais

Deux mois après avoir délaissé pupitre, cartables, crayons et salle de classe de manière inattendue en raison de l’éclatement de la pandémie de COVID-19, environ 10 500 élèves du primaire des commissions scolaires francophones de l’Outaouais ont commencé à reprendre le chemin de l’école, lundi.

Certaines écoles ont choisi, comme l’avait autorisé le ministère de l’Éducation, d’opter pour une rentrée progressive. Par exemple, à certains endroits, on accueillait les écoliers du préscolaire (maternelle 4 et 5 ans) et du 1er cycle (1re et 2e année) lundi , tandis que ceux du 2e cycle (3e et 4e année) et du 3e cycle (5e et 6e année) feront respectivement leur retour en classe mardi et mercredi.

Ce retour à l’école après huit semaines de fermeture forcée est, rappelons-le, facultatif.

À LIRE AUSSI : Retour en classe transformé pour Mme Fanny

Lavage des mains à l'école: une mésentente entre syndicat et commissions scolaires

Cette semaine, 4399 élèves retournent dans les écoles primaires de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais, ce qui représente un taux de fréquentation de 36%; tandis qu’ils sont 4082 à enfiler de nouveau leur sac à dos à la Commission scolaire des Draveurs, où la proportion d’élèves à revenir en classe est identique. 

C'était le retour à l'école lundi pour des élèves de primaire en Outaouais,

Ils seront 1582 écoliers à faire leur rentrée en plein mois de mai à la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, où le taux de fréquentation frôle les 40%; alors que 523 enfants reviennent sur les bancs d’école à la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (32%).

Raphaëlle, une élève de 5e année à l’école Saint-Jean de Bosco à Gatineau, était de retour en classe lundi. Sa mère, Karine Fortin, a indiqué qu’elle a passé «une journée fantastique», et qu’elle a eu la chance de renouer avec la même enseignante.

«Elle était contente de retrouver son enseignante. Elle était contente de retourner dans l’ambiance de l’école, de retrouver un milieu dans lequel elle est bien et qui est stimulant. C’est rassurant pour elle parce qu’elle a toujours été à cette école, et elle aime ça, même dans les nouvelles circonstances», a expliqué Mme Fortin.

C'était le retour à l'école lundi pour des élèves de primaire en Outaouais,

«Pour moi, c’était clair depuis l’annonce de la réouverture des écoles qu’ils faisaient beaucoup d’effort pour que ça se passe du mieux possible, pour que les enfants trouvent ça accueillant et stimulant d’aller à l’école jusqu’à la fin de l’année malgré les nouvelles règles, et ça c’est confirmé aujourd’hui», a continué Mme Fortin.

En raison de la COVID-19, une longue série de mesures sont à respecter pour limiter la propagation du virus, dont l’obligation de se laver les mains très fréquemment, de respecter une distanciation sociale en tout temps y compris en salle de classe et à la récréation. Les buvettes ont également été condamnées pour le reste de l’année et aucun partage de matériel entre élèves n’est autorisé, entre autres. 

D’ici la fin de l’année scolaire, les parents qui décideront que leur enfant réintégrera l’école auront l’opportunité de le faire tous les lundis en vue d’un retour la semaine suivante. 

La famille de Jean-François Girouard et France Gravelle demeure toujours indécise sur un possible retour à l’école de leurs deux filles ce printemps. Pour le moment, l’apprentissage à la maison se poursuit grâce à l’encadrement à distance de leurs enseignants et par la supervision des parents.

«On est curieux de savoir comment ça se passe, a précisé M. Girouard. Est-ce que l’expérience est agréable ? Est-ce que ça vaut la peine d’être en classe ou si ça va être ennuyant ou contraignant versus continuer l’apprentissage de la maison ?» 

«On ne sait pas tout. C’est un peu inquiétant. On veut juste être rassuré sur la meilleure façon pour les filles de poursuivre leur année de la façon la plus agréable et sécuritaire possible», a ajouté M. Girouard, qui dit que la décision pourra être revisitée lorsqu’ils auront une meilleure idée de la situation à l’école.

C'était le retour à l'école lundi pour des élèves de primaire en Outaouais,

La famille de Marc-André Duguay prévoyait un retour en classe pour leurs deux enfants lundi, mais elle s’est ravisée en raison notamment des contraintes sur le retour à l’école, notamment au chapitre de la distanciation sociale.

«Les enfants ont pris la décision de leur côté. Nous, on fait un suivi assez rigoureux à la maison au niveau scolaire, et ça va bien, mais les enfants savaient qu’ils ne retrouvaient pas l’école qu’ils ont quitté en mars», a expliqué M. Duguay, un enseignant au secondaire, tout en signalant que ses enfants seront moins confinés à la maison qu’à l’école, et que l’école assure un suivi très professionnel auprès des élèves qui n’y retournent pas.

Le calendrier scolaire s’étirera jusqu’au 23 juin. 

En date de lundi, on dénombrait 38 469 cas confirmés de coronavirus au Québec, dont 346 en Outaouais, soit une proportion de 0,9%.