La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion, accompagnée de la Dre Carole McConnery, médecin-conseil en maladies infectieuses à la direction de la Santé publique de l'Outaouais.
La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion, accompagnée de la Dre Carole McConnery, médecin-conseil en maladies infectieuses à la direction de la Santé publique de l'Outaouais.

Un premier cas confirmé de COVID-19 en Outaouais [VIDÉO]

Les autorités de santé publique de la région l’attendaient. Elles savaient qu’il finirait par arriver. C’est maintenant réel. Un premier cas de COVID-19  a été confirmé en Outaouais, mercredi.

Pour des raisons de confidentialité, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) n’a dévoilé que très peu de détails sur ce premier cas à toucher la région. Il n’a, par exemple, pas été spécifié s’il s’agit d’un enfant ou d’un adulte, ni si la personne demeure dans un secteur urbain ou rural.

« La personne infectée a voyagé, a indiqué l’organisation. Elle s’est présentée dans l’une de nos installations et a pris toutes les précautions nécessaires. Elle est actuellement en isolement à la maison et nous suivons de très près sa condition de santé. »

La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion, a souligné que « la personne infectée par la COVID-19 a eu le bon réflexe » et qu’elle « a bien suivi la marche à suivre ».

La direction régionale de santé publique a lancé une « enquête rigoureuse afin d’établir les contacts que cette personne a eus depuis son retour ».

« Je vous assure que la direction de santé publique est présentement mobilisée à rejoindre tous les contacts de ce cas, tant dans […] la communauté que dans le réseau de la santé », a mentionné la Dre Carol McConnery, médecin-conseil en santé publique, en précisant que la personne touchée « a très peu de contacts ».

Il s’agit du premier résultat positif sur un total de 281 reçus jusqu’à présent en Outaouais. Les autorités de la région attendaient, mercredi après-midi, les résultats de quelque 200 autres tests de dépistage effectués ces derniers jours.

Mme Filion assure qu’elle n’a « pas l’intention de cacher » des choses à la population dans l’évolution de la situation en Outaouais. Tout en remerciant les équipes soignantes pour leur dévouement, elle a rappelé que les patients présentant de la toux, de la fièvre ou des difficultés respiratoires doivent absolument le signaler dès leur arrivée dans un établissement de santé. « Nous avons tous une responsabilité dans cette situation de crise, chacun doit suivre les consignes du gouvernement sur l’isolement, les rassemblements et les règles d’hygiène de base », a-t-elle insisté.

Le CISSSO affirme avoir mobilisé du personnel pour rappeler toutes les personnes ayant subi un test de dépistage du nouveau coronavirus, peu importe le résultat. L’ajout de laboratoires décentralisés permettra de recevoir les résultats « beaucoup plus rapidement », a mentionné Mme Filion.

En effectuant davantage de tests  de dépistage dans ses urgences et à la clinique désignée de La RessourSe, le réseau s’attend à ce que le nombre de cas confirmés augmente. « C’est sûr qu’on va en trouver d’autres », affirme la Dre McConnery.

« Aussitôt qu’il va y avoir d’autres cas, on va mettre en place la même procédure de recherche de contacts, assure-t-elle. [...] Aussitôt qu’on a eu la déclaration [du premier cas], l’intervention a débuté dans les instants qui ont suivi. »

En cas de besoin, le CISSSO divulguera certaines informations sur les allées et venues des personnes touchées afin d’identifier, par exemple, des personnes s’étant trouvées dans un lieu public en même temps.