Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS ouvrira dès samedi quatre centres de dépistage pour la COVID-19, dont un à Granby. Un chapiteau a été installé à cet effet près de l’entrée de l’urgence, rue Paré, où trois infirmières, un médecin et une agente administrative travailleront.

Un centre de dépistage érigé près de l’hôpital de Granby

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS ouvrira dès samedi quatre centres de dépistage pour la COVID-19, dont un à Granby. Un chapiteau a été installé à cet effet près de l’entrée de l’urgence, rue Paré, où trois infirmières, un médecin et une agente administrative travailleront.

Trois critères doivent être respectés pour pouvoir être testés, le premier étant de revenir d’un voyage à l’extérieur du Canada. Le patient doit présenter au moins l’un des symptômes suivants : fièvre, toux ou difficultés respiratoires. Enfin, ces symptômes doivent être apparus dans les 14 jours suivant le retour de voyage.

Le chapiteau a été érigé de sorte que ces patients n’auront pas à passer par l’urgence et ne risqueront pas de contaminer ainsi d’autres personnes. Depuis jeudi, une quarantaine de personnes ont été testées à l’hôpital de Granby.

« Il n’y a pas lieu de se présenter si vous n’avez pas de symptôme. Il n’y a pas lieu non plus de se présenter si votre employeur demande à avoir un test, précise la Dre Geneviève Simard-Racine, médecin en chef à l’urgence de Granby. À ce moment-là, vous allez être retourné à la maison. »

Cette clinique spéciale sera ouverte, sans rendez-vous, de 8 h à 20 h, sept jours sur sept.

Protocole

Sur place, les usagers seront d’abord invités à se laver les mains et à enfiler un masque avant d’être rencontrés par une infirmière. Les patients seront triés et rencontrés selon leur niveau de priorité. 

« S’ils sont éligibles, ils seront testés et seront probablement retournés à la maison avec les conseils d’usage, poursuit la Dre Simard-Racine, c’est-à-dire de faire une quarantaine, de rencontrer le moins de gens possible. Tant qu’ils n’ont pas leur résultat, ils doivent être à leur maison, seuls dans une chambre, ne pas manger avec les autres personnes de la maison, porter un masque lorsqu’ils doivent être en contact avec d’autres, même dans leur maison, et être à au moins deux mètres de ceux-ci. Ce sont des mesures strictes, mais qui seront de courte durée, si le test est négatif. Certains patients devront être dirigés vers l’urgence s’ils présentent des critères inquiétants à l’évaluation ou s’ils ont des facteurs de vulnérabilité. Ils seront placés en observation dans une chambre à pression négative [empêchant l’air de sortir de la chambre] en attendant d’avoir leurs résultats. »

Si une personne doit être hospitalisée, elle sera transférée à Sherbrooke. L’urgence de Granby dispose d’une salle de choc à pression négative, d’une salle d’observation à pression négative et de deux salles d’isolation, mais elles ne seront pas utilisées pour la COVID-19, évoque Lyne Cardinal, directrice des services généraux au CIUSSS de l’Estrie-CHUS. 

Quant aux échantillons, ils sont désormais analysés par le Laboratoire de santé publique du Québec et les résultats sont disponibles en moins de 48 heures. Seuls les échantillons « douteux » seront envoyés à Winnipeg.

Un chapiteau recevra les patients admissibles aux tests pour détecter la COVID-19, à Granby, ont annoncé Lyne Cardinal, directrice des services généraux au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, et Dre Geneviève Simard-Racine, médecin en chef de l’urgence de Granby.

Besoin d'aide

« Au niveau de la santé publique, nous avons toujours deux cas en Estrie, indique Lyne Cardinal, sans préciser dans quel secteur plus précis ces deux personnes demeurent. L’enquête épidémiologique va bien. Tous les proches ont été rejoints et les personnes testées positives sont en isolement volontaire à leur domicile. »

La situation mobilise beaucoup de ressources humaines dans le milieu de la santé et, avec les fermetures d’école, de CPE et de garderies, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS prépare un plan de délestage d’activités « qui peuvent être considérées moins prioritaires pour le moment afin de dégager des ressources humaines pour les services essentiels, expose Mme Cardinal. Au fil des prochains jours, l’application de ce plan-là sera actualisée selon l’état de nos ressources humaines. Nous faisons aussi appel à tous nos employés étudiants des universités et collèges pour venir prêter main-forte aux équipes en place. »

Comme les activités scolaires peuvent être au ralenti pour les prochaines semaines, le CIUSSS souhaite que les étudiants et stagiaires, qui ont un permis de pratique, viennent prêter main-forte au personnel déjà en place. Même chose pour les enseignants qui ont toujours leur droit de pratique. 

Un service de garde sera aussi mis en place pour les enfants des employés qui répondent aux critères de service essentiel.