Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'infirmier Vidal Uon est mort mardi, après avoir été hospitalisé pendant trois semaines.
L'infirmier Vidal Uon est mort mardi, après avoir été hospitalisé pendant trois semaines.

Un autre travailleur de la santé succombe à la COVID-19

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Un autre travailleur de la santé, Vidal Uon, est mort des suites de complications de la COVID-19. Il semble que l’infirmier dans la quarantaine, qui travaillait dans un centre de vaccination de Montréal, n’avait pas été vacciné lorsqu’il a contracté le virus, il y a environ un mois.

Vidal Uon est décédé mardi, après avoir été hospitalisé pendant trois semaines. Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, l’infirmier, qui a travaillé pendant plusieurs années au Centre de réadaptation en dépendance de Montréal (CRDM) à titre d’infirmier d’agence, avait donné son nom à Jecontribue pour aider à l’effort de vaccination. 

Sur Facebook, un de ses proches a rendu hommage au «frère comique, frère blagueur et frère dévoué» qu’était Vidal Uon et lancé ce message au personnel de la santé en première ligne: «que vous soyez à temps plein, à temps partiel ou bénévole, vous devez avoir le vaccin. Exigez-le! Ce n’est pas normal que le vaccin ne vous soit pas offert. Protégeons nos héros.» 

Une autre source nous a affirmé que le vaccin n’avait pas été offert à Vidal Uon avant qu’il ne contracte le virus.

Il n’a pas été possible de confirmer auprès de la famille de Vidal Uon ni auprès du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’île-de-Montréal, où l’infirmier avait été embauché, que celui-ci n’avait pas été vacciné, et pourquoi il ne l’avait pas été. Le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal n’a d’ailleurs pas voulu confirmer le décès de l’infirmier pour des raisons de confidentialité. 

Le porte-parole, Carl Thériault, nous a toutefois assuré que le CIUSSS suivait l’ordre de priorité de vaccination établi par le ministère de la Santé, et que les employés, y compris ceux à temps partiel, «se font vacciner comme les employés à temps plein». 

On sait que les travailleurs de la santé ont eu accès à la vaccination en deux phases. La première était réservée au personnel en contact proche avec des patients (CHSLD, hôpitaux, etc.), qui a eu accès à une première dose à compter du mois de décembre, alors que la seconde, ouverte le 10 avril, s’adressait notamment aux travailleurs de la santé offrant des services dans le cadre de missions et programmes dans tous les milieux de vie, d’hébergement ou de soins. 

En principe, les travailleurs de la santé affectés à la vaccination pouvaient recevoir le vaccin dès le premier jour de la vaccination.

Toujours sur Facebook, plusieurs ont rendu hommage à l’engagement et au dévouement de Vidal Uon, très impliqué à la fois au sein de la communauté cambodgienne de Montréal et «contre la pandémie». «La vie n’est pas juste, il a essayé de sauver la vie et il a perdu la sienne. Vidal tu es un héros, repose en paix», peut-on notamment lire dans les commentaires sous une publication annonçant son décès.

Au CRDM, même si Vidal Uon travaillait pour une agence avec laquelle l’établissement faisait affaire, l’infirmier était considéré comme un «collègue à part entière tellement il était présent souvent, sur de nombreux quarts, jours après soirs après nuits». 

«Il a grandement contribué au maintien de nos services de l’urgence et de dtox durant des périodes difficiles de pénurie d’infirmières. Sa présence stable, au sein des équipes infirmières et éducateurs, était rassurante», peut-on lire dans une communication adressée au personnel du CRDM. 

Le décès de Vidal Uon porte à au moins 19 le nombre de travailleurs de la santé qui ont succombé à la COVID-19 au Québec depuis le début de la pandémie.