Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’Ontario recevra un approvisionnement supplémentaire de tocilizumab, un médicament utilisé pour traiter la pneumonie sévère chez les patients atteints de la COVID-19.
L’Ontario recevra un approvisionnement supplémentaire de tocilizumab, un médicament utilisé pour traiter la pneumonie sévère chez les patients atteints de la COVID-19.

Trudeau annonce le déploiement de ressources supplémentaires en Ontario

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le premier ministre Justin Trudeau a indiqué dimanche que des ministères fédéraux et des provinces s’efforçaient d’envoyer des renforts et de l’équipement à l’Ontario pour l’aider à surmonter sa crise sanitaire provoquée par la COVID-19.

Dans une déclaration filmée, M. Trudeau a indiqué que des travailleurs de la santé employés par certains ministères, comme celui de la Défense nationale et celui de l’Immigration, seront redéployés en Ontario, particulièrement dans la région du Grand Toronto.

Le premier ministre a dit s’être entretenu avec ses homologues de Terre-Neuve-et-Labrador, de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse, qui évaluent les ressources humaines et l’équipement qu’ils pourront libérer au cours des prochains jours.

M. Trudeau a aussi annoncé que le gouvernement fédéral collaborera avec les villes ontariennes pour déployer des laboratoires pouvant réaliser des tests de dépistage rapide dans les endroits durement touchés.

Ottawa coordonnera tous ces efforts et couvrira les frais de transport des ressources envoyées par d’autres provinces, a indiqué en conférence de presse le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc.

«Terre-Neuve-et-Labrador espère avoir une idée claire de l’aide initiale qu’elle pourra envoyer, a-t-il ajouté en entrevue à La Presse Canadienne. La même chose peut être dite des autres provinces de l’Atlantique.»

M. LeBlanc a indiqué que la Dre Allison Fury, la femme du premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Fury, ferait partie du contingent déployé dans la province canadienne la plus populeuse.

L’Ontario recevra aussi un approvisionnement supplémentaire de tocilizumab, un médicament utilisé pour traiter la pneumonie sévère chez les patients atteints de la COVID-19.

Le gouvernement compte investir 84,2 millions $ pour appuyer les sites sûrs d’isolement volontaire, y compris à l’échelle de l’Ontario.

«Nous sommes déterminés à mettre en oeuvre une approche pancanadienne pour vaincre ce virus et assurer la sécurité, la santé et le soutien des Canadiens, a déclaré le premier ministre dans un communiqué. Je sais que la situation est difficile et inquiétante pour les Ontariens et l’ensemble des Canadiens, mais nous continuerons de veiller les uns sur les autres en ces temps difficiles. Ensemble, nous allons nous en sortir.»

On ignore comment l’Ontario réagira à l’aide offerte par le gouvernement fédéral.

Sommet dans les admissions aux soins intensifs

L’annonce du gouvernement fédéral survient au moment où la situation s’aggrave dans les hôpitaux ontariens. Le nombre des admissions dans les centres hospitaliers et dans les unités de soins intensifs a atteint dimanche de nouveaux sommets. La province a rapporté plus de 4200 nouveaux cas de COVID-19 au cours des 24 dernières heures.

La veille, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, a annoncé que le gouvernement fédéral prolongera de deux mois le prêt de deux unités mobiles de santé (UMS) fédérales qu’il a fournies à l’Ontario en janvier.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a indiqué que le nombre quotidien moyen d’hospitalisations et de décès avait bondi de plus de 30% du 9 au 15 avril, par rapport à la semaine précédente.

Selon les dernières données nationales, 3428 personnes atteintes du COVID-19 étaient traitées en moyenne chaque jour dans les hôpitaux canadiens au cours de cette période de sept jours, une augmentation de 34 % par rapport au bilan hebdomadaire national précédent.

En moyenne, 41 personnes sont décédées chaque jour au cours de la même période, soit 38 % de plus que la semaine précédente.

La Dre Tam est préoccupée par l’augmentation inquiétante du variant P.1 brésilien au cours des dernières semaines. «Des données préliminaires indiquent que les vaccins pourraient ne pas être aussi efficaces contre le variant P.1, ce qui rend le contrôle de sa propagation encore plus important», a-t-elle déclaré.