Ce n’est pas de gaieté de coeur que SOS Dépannage en est venue à mettre en place ces mesures, a laissé tomber son fondateur Norman Dunn.

SOS Dépannage recentre ses activités

 De nouvelles mesures de prévention forcent la banque alimentaire SOS Dépannage à mettre à pied temporairement 40 de ses 52 employés. À la fermeture du Café des trois pommiers s’ajoute aussi celle du magasin général de l’organisme, qui suspend aussi ses collectes.

Ce n’est pas de gaieté de coeur que SOS Dépannage en est venue à mettre en place ces mesures, a laissé tomber son fondateur Norman Dunn. «Il y a des gens qui ont terriblement peur parce qu’on ne sait pas ce qui va arriver. En réduisant au quart nos employés, ce sera plus facile de se concentrer sur l’aide alimentaire, parce que pour l’instant, il n’est pas question qu’on ferme», estime-t-il.

«On garde 12 employés pour faire fonctionner la banque alimentaire, parce que c’est essentiel. On va garder le service direct aux familles, mais on ne prend plus de bénévoles», ajoute le directeur.

Les dépannages alimentaires seront offerts sur présentation des pièces fiscales justificatives, mais la récupération des denrées devra se faire sur rendez-vous. Et les retardataires devront passer leur tour s’ils se pointent plus de cinq minutes trop tard. 

«On demande aux gens de ne pas venir accompagnés. On va les faire rentrer un à la fois et il devront se laver les mains. S’ils toussent, on leur demande de porter un masque», dicte M. Dunn.

Selon lui, rien ne pouvait préparer les organismes à une crise d’une telle ampleur. «J’ai vécu le verglas. SOS avait joué un grand rôle auprès de la population. À ce moment-là, je me disais qu’on était blindés pour affronter n’importe quoi. Finalement, pas pantoute», lâche-t-il.

«Je m’informe beaucoup, mais il y a de nombreuses questions qu’on m’a posées comme employeur auxquelles je ne peux pas répondre parce qu’on n’était pas prêts», poursuit-il.

La situation pourrait être amenée à évoluer. M. Dunn communique régulièrement et virtuellement avec ses homologues d’autres banques alimentaires du Québec et du Canada de même qu’avec les associations qui les représentent. «C’est un drôle de sentiment, mais de savoir qu’on garde le fort, ça me donne l’énergie et l’adrénaline pour continuer à aider les gens qui ont besoin», dit-il.

Ceux qui ont besoin d’une aide directe et qui désirent prendre un rendez-vous sont invités à communiquer au 450 378-0221, au poste 225.