Les centres de conditionnement physique de l’Outaouais pourront rouvrir dès lundi.
Les centres de conditionnement physique de l’Outaouais pourront rouvrir dès lundi.

Réouverture des gyms en Outaouais: «un gros bateau à repartir»

Après une fermeture forcée de presque 100 jours, les propriétaires des centres de conditionnement physique de l’Outaouais poussent un grand soupir de soulagement. Dès lundi, une nouvelle étape du déconfinement sportif s’amorcera et ils pourront rouvrir leurs portes aux gens impatients de courir sur un tapis roulant ou de soulever des haltères.

«C’est le branle-bas de combat pour rouvrir toute cette machine-là à temps pour lundi. C’est un gros bateau à repartir. On a tellement de gens qui ont hâte de revenir et ça fait plusieurs semaines qu’on prépare le gym. Toutes les infrastructures sont prêtes pour servir les clients. Le grand défi sera en ce qui a trait aux employés, faire revenir tout le monde à temps. C’est possible qu’on ne puisse pas ouvrir à 100% durant les premiers jours», lance la copropriétaire et directrice générale de la Sporthèque, Élaine Dupras, qui ajoute avoir appris la nouvelle «en même temps que tout le monde».

La copropriétaire et directrice générale de la Sporthèque, Élaine Dupras

En temps normal, a-t-elle spécifié, l’endroit qui fêtera ses 40 ans d’existence l’an prochain emploie 180 personnes, mais environ 25% d’entre eux se sont possiblement déniché un emploi ailleurs.

«C’est compliqué, mais on va se débrouiller», dit-elle.

Le gouvernement provincial a annoncé mercredi une nouvelle phase de reprise des activités sportives. À compter du 22 juin, les infrastructures sportives intérieures de même que les plages publiques et privées pourront ouvrir à nouveau. Les matches pour les sports collectifs pourront également reprendre. Il ne restera plus qu’à autoriser la reprise des sports de combat pour finaliser le déconfinement de l’ensemble des sports en province, a spécifié Québec.

Mme Dupras, qui avait déploré lors d’un entretien avec Le Droit en mai que le Québec n’ait pas un plan de déconfinement par étapes comme en Saskatchewan et en Colombie-Britannique, réitère que depuis la mi-mars, les centres de conditionnement physique se sont sentis «un peu isolés chacun de leur côté».

«Ç’a été trois longs mois remplis d’incertitude, on se demandait si on allait pouvoir redémarrer tout ça. Là, ce qui m’encourage, c’est que la semaine passée, il y a eu des cours de groupe à l’extérieur et la réponse a été excellente. Les gens comprennent aussi très bien les mesures sanitaires, ils sont très rigoureux», indique-t-elle.

Le copropriétaire du Gym LaVictoire Cross-training, Simon Buteau, est lui aussi bien heureux de voir que les activités pourront reprendre leur cours normal ou presque dès la semaine prochaine,

«Avec les dernières annonces et directives, on pouvait prédire qu’on allait ouvrir bientôt et être en mesure de commencer à donner des cours à l’intérieur. Nous n’avions pas de date depuis le début, alors enfin on a quelque chose de concret. Ici, on avait réussi à se virer de bord assez rapidement en offrant des cours en ligne, on a toujours gardé contact avec les membres, on leur donnait de nouvelles informations à tout moment», lance-t-il.

​Ce dernier ne cache pas qu’étant donné que l’entreprise est encore naissante, ayant ouvert ses portes en 2018, cette fermeture prolongée a eu des impacts loin d’être anodins.

«On dit que les cinq premières années d’une entreprise sont souvent les plus difficiles, alors ça fait mal. Il n’y a pas beaucoup d’employés ici. Les entraîneurs sont considérés comme des travailleurs autonomes. Mais on va s’en sortir, justement grâce au soutien des gens», ajoute-t-il.

Chez Spécifik Performance Gatineau, le propriétaire et kinésiologue Maxime Demers accueille lui aussi cette nouvelle avec satisfaction mais précise que l'entreprise pouvait déjà offrir plusieurs services depuis le 1er juin, par exemple des consultations avec des spécialistes comme des nutritionnistes ou des massothérapeutes sportifs.

«Nous ne sommes pas dans le même bateau que les centres de plus grande surface, on fait beaucoup d'interventions en privé, c'est l'une des cordes à notre arc. On roule déjà à bon régime. Étant un emplacement plus petit, ça va maintenant demander une bonne logistique pour arriver à respecter les mesures. Mais la réouverture ne doit pas être comme une cage d'animaux où il n'y a aucune règle à l'intérieur, sinon on tombera dans plus de risques que de bénéfices», lance-t-il.

Plages à Gatineau

La Ville de Gatineau a indiqué que ses trois plages municipales (parcs des Cèdres, du lac Beauchamp et Moussette) ouvriront dès lundi avec une surveillance des sauveteurs.

La plage du parc Moussette vue des airs

Quant à l’ouverture des infrastructures sportives intérieures comme le Centre sportif de Gatineau, la Ville affirme qu’elle doit s’abord analyser les détails de l’annonce gouvernementale afin de se conformer aux exigences gouvernementales. Les dates d’ouvertures des différentes infrastructures seront annoncées dans les prochains jours.

À noter que les parcs aquatiques comme Mont-Cascades à Cantley devront prendre leur mal en patience puisqu’ils ne sont pas visés par cette annonce de déconfinement. Le feu vert pour leur réouverture n’a pas encore été donné.

À LIRE AUSSI: Parcs aquatiques: «une sorte de blocage qu'on ne comprend pas