Le plan de rentrée scolaire présenté par le gouvernement Ford ne répondrait pas aux mesures sanitaires imposées par les autorités de santé publique, selon la députée libérale d’Ottawa-Vanier, Lucille Collard.
Le plan de rentrée scolaire présenté par le gouvernement Ford ne répondrait pas aux mesures sanitaires imposées par les autorités de santé publique, selon la députée libérale d’Ottawa-Vanier, Lucille Collard.

Rentrée scolaire en Ontario: un plan incohérent, selon Collard

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Dans quelques semaines, les élèves ontariens seront de retour en classe pour la première fois depuis le mois de mars. Cependant, le plan de rentrée scolaire présenté par le gouvernement Ford ne répondrait pas aux mesures sanitaires imposées par les autorités de santé publique, selon la députée libérale d’Ottawa-Vanier, Lucille Collard.

La députée Collard a par ailleurs signée une lettre ouverte, publiée par Le Droit, pour dénoncer la situation.

« Un plan qui dit que les élèves reviennent en classe de la maternelle à la 8e année à temps plein avec des classes pleines de 30 élèves et plus, ce n’est pas cohérent avec les mesures de distanciation physique. Même chose pour la distanciation dans les autobus. Ça crée beaucoup d’angoisse chez les parents », a indiqué Mme Collard en entrevue avec Le Droit.

« Les parents font face à un choix difficile, c’est-à-dire de ne pas retourner au travail ou de rester à la maison avec leurs enfants parce qu’ils ne font pas confiance au plan. C’est vraiment ça la grosse lacune du plan, ça n’inspire pas confiance », explique la députée en ajoutant que certains parents refuseraient même d’envoyer leurs enfants à l’école par mesure de sécurité.

La députée d’Ottawa-Vanier est catégorique. Il n’y aura pas de relance économique sans une bonne relance de l’éducation.

« Si les parents restent à la maison parce qu’ils n’ont pas confiance aux mesures en place, ça veut dire qu’il y a moins de revenus qui entrent dans les maisons, donc moins de pouvoir d’achat. Certains emplois seront laissés vacants. Ça a un effet domino. »


« Depuis le mois de mars que l’école est arrêtée. Ça fait des mois qu’on aurait dû commencer à travailler sur un plan de retour en septembre. On dirait que ça s’est fait vraiment tard. »
Lucille Collard

Consultation

Mme Collard déplore le manque de communication entre le gouvernement et les conseils scolaires ontariens lors de la création du plan. Les conseils scolaires devaient quant à eux remettre leur plan de retour en classe le 4 août, mais le plan de relance du gouvernement Ford a été annoncé le 30 juillet.

« Les conseils scolaires sont les mieux placés pour identifier ce qu’il est possible de mettre en œuvre. Le gouvernement n’a même pas pris connaissance des propositions des conseils scolaires. C’est vraiment dommage qu’il n’y ait pas eu de réelle consultation, pourtant le gouvernement a les ressources nécessaires à sa disposition pour le faire. »

Mme Collard est aussi d’avis que le gouvernement avait amplement le temps de consulter les experts en éducation pour avoir leur avis alors que les cours ont été mis en veilleuse il y a maintenant près de 6 mois.

« Depuis le mois de mars que l’école est arrêtée. Ça fait des mois qu’on aurait dû commencer à travailler sur un plan de retour en septembre. On dirait que ça s’est fait vraiment tard. »

À la lumière des contestations chez les élus et chez les parents ontariens, Mme Collard estime que les conservateurs pourraient avoir à apporter certains ajustements à leur plan de rentrée scolaire.

« C’est possible qu’il recule, on a déjà vu dans le passé que c’est un gouvernement qui peut revenir sur sa décision lorsqu’il est acculé au pied du mur. »

« J’espère fortement que le gouvernement va écouter les parents et qu’il va reculer et ajouter des ressources. Le gouvernement s’obstine à dire qu’il a le meilleur plan au Canada et il prie pour que ça fonctionne. On a besoin de plus que des prières, on a besoin d’un plan concret qui inspire confiance », conclut-elle.