Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le premier ministre François Legault et son ministre de la Santé, Christian Dubé
Le premier ministre François Legault et son ministre de la Santé, Christian Dubé

Québec, Lévis et Gatineau reconfinées pour dix jours  [VIDÉO]

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les régions immédiates de Québec, de Lévis et de Gatineau sont reconfinées pour au moins 10 jours.

À compter du jeudi 1er avril, à 20h, sur ces trois territoires, les écoles, commerces non essentiels et lieux publics intérieurs devront (encore) fermer leurs portes au moins jusqu’au dimanche 11 avril, inclusivement. Le début du couvre-feu y est aussi ramené à 20h, au lieu de 21h30. Les lieux de culte redeviennent limités à 25 personnes.

«Étant donné que la situation est critique, il faut agir rapidement, avant qu’il y ait un impact trop grand sur les hospitalisations», a déclaré le premier ministre François Legault, mercredi en fin de journée, dans un point de presse convoqué en matinée. Une rareté.

Les habituels points de presse sur la COVID-19 réunissant M. Legault, son ministre de la Santé, Christian Dubé, et le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda, sont toujours annoncés la veille au soir. Aussi rare de voir le trio tenir deux points points de presse en autant de jours, après celui de mardi après-midi.

Mais la hausse rapide des cas constatée au cours des derniers jours dans certains coins précis du Québec a poussé les autorités à agir promptement.

Quatre régions en rouge

Quatre régions complètes passent aussi de l’orange au rouge, mais sans atteindre le niveau d’urgence de Québec, Lévis et Gatineau. Il s’agit du reste de la Capitale-Nationale, donc Portneuf et Charlevoix, du reste de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et du reste de l’Outaouais.

Cela implique la fermeture des salles à manger des restaurants, entre autres.

«L’alarme a sonné», a illustré M. Legault. On agit «plus vite» et de façon «plus ciblée» qu’au temps des Fêtes, se félicite-t-il.

Le premier ministre refuse de ranger ces actions dans un nouveau palier d’alerte ajouté au système de trois couleurs, parlant plutôt de «mesures spéciales d’urgence». «Ce n’est pas une nouvelle zone. Ce sont des mesures temporaires pour une dizaine de jours. [...] On revient aux mesures qu’on avait en janvier», résume-t-il.

«Ce n’est pas du tout une couleur de palier, a renchéri le Dr Arruda. En faisant une pause, on va diminuer de façon significative les contacts et ça va avoir un effet sur la transmission. Est-ce que ça va régler le problème complètement? La réponse, c’est non. Mais ce qu’il faut, c’est abaisser cette accélération-là pour ne pas véritablement perdre le contrôle et que ce nombre de cas là en augmentant se retrouve en hospitalisations, puis de gens aux soins intensifs.»

Avec une hausse des cas, ils s’attendent «dans les prochains jours, les prochaines semaines, qu’il y ait une forte augmentation des hospitalisations à Québec, Lévis et Gatineau», dit M. Legault.

Plus large qu’un gym

Pour la Capitale-Nationale, 548 nouveaux cas ont été déclarés au cours des quatre derniers jours. Près de 200 juste mercredi (194), le plus haut total quotidien depuis le 5 janvier.

«Puis demain, c’est au-dessus de 250 qu’on va voir à Québec. Alors, on ne peut pas ne pas agir», a constaté le ministre Dubé, informé des chiffres en temps réel et non le lendemain, comme la population.

Selon la Santé publique, une éclosion survenue à la salle de conditionnement Mega Fitness Gym est responsable de 68 cas et de huit autres éclosions en milieux de travail.

«Lorsqu’on parle de 200 cas dans une journée, une soixantaine, [...] c’est quand même important», n’a pu que constater M. Dubé. «Oui, le gym, ça a été un facteur, mais je pense que c’est un indicateur de l’adhésion» générale des gens de Québec, a dit le ministre, y voyant plus un symptôme qu’une cause.

Ces mesures spéciales s’appliquent dans la Communauté métropolitaine de Québec, donc L’Ancienne-Lorette et Saint-Augustin, mais aussi Lévis, l’île d’Orléans, la Côte-de-Beaupré et la MRC de La Jacques-Cartier. En Outaouais, la MRC des Collines suit Gatineau.

Les garderies ouvertes

Répétant depuis un an que de «fermer les écoles, c’est la dernière chose qu’on  veut faire», M. Legault a souligné mercredi que «le timing est bon» avec la fin de semaine de Pâques.

Les établissements scolaires ne seront fermés en réalité que trois ou quatre jours, la semaine prochaine, après les jours fériés de vendredi et lundi. Certains centres de services scolaires ont même une journée pédagogique mardi.

À noter que les services de garde des écoles seront aussi fermés, sauf pour les travailleurs essentiels.

Les garderies, CPE et milieux familiaux, restent ouvertes. Mais le premier ministre implorent les parents des régions ciblées qui le peuvent de garder leurs enfants à la maison la semaine prochaine.

L’aide financière gouvernementale aux commerces sera de nouveau disponible pour la période de fermeture.

En date de mercredi, le taux de cas actifs par 100 000 habitants des régions les plus chaudes est le suivant :

  • Laval 166,2
  • Montréal 158,2
  • Bas-Saint-Laurent 154
  • Capitale-Nationale 130,2
  • Outaouais 123,9
  • Chaudière-Appalaches 84,7
  • Saguenay-Lac-Saint-Jean 76,1


FAITS SAILLANTS :

- Mesures ciblées à Québec, Lévis et Gatineau dès jeudi à 20h et jusqu'au 12 avril : 

    . Fermetures des commerces non essentiels, dont les restaurants, les gyms et les salons de coiffure

    . Les écoles ferment ainsi que les musées, les cinémas, les théâtres. 

    . Les services de garde seront ouverts pour les travailleurs prioritaires

    . Couvre-feu à 20h et fermetures des commerces essentiels à 19 h 30.

    . Le nombre de personnes dans les lieux de cultes est limité à 25 personnes

    . Télétravail obligatoire

- Quatre régions passent en zone rouge : Bas-Saint-Laurent, Chaudière-Appalaches, Capitale-Nationale, Outaouais. Les restaurants vont devoir fermer les salles à manger. 

- Rassuré par la stabilisation du nombre de cas au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le gouvernement laisse cette région en orange.

- La situation évolue rapidement et d'autres régions pourraient changer de palier.