Malgré un rassemblement majeur, la médecin hygiéniste en chef de Santé publique Ottawa (SPO) Vera Etches ne voit pas de conflit entre la propagation de la COVID-19 et la marche contre le racisme qui s’est tenue vendredi après-midi à Ottawa.
Malgré un rassemblement majeur, la médecin hygiéniste en chef de Santé publique Ottawa (SPO) Vera Etches ne voit pas de conflit entre la propagation de la COVID-19 et la marche contre le racisme qui s’est tenue vendredi après-midi à Ottawa.

Pas de conflit entre la COVID-19 et la marche contre le racisme à Ottawa, dit Vera Etches

Malgré qu'il s'agisse d'un rassemblement majeur, la médecin hygiéniste en chef de Santé publique Ottawa (SPO) Vera Etches ne voit pas de conflit entre la propagation de la COVID-19 et la marche contre le racisme qui s’est tenue vendredi après-midi à Ottawa.

« Certains affirment que c’est un conflit entre la démocratie et la protection de la santé des individus, mais je ne le vois pas de cette façon. Il y a deux défis concernant la santé de notre population qui émanent de ce type de marche et l’un d’entre eux a eu des impacts sur la santé de notre population depuis bien plus longtemps que l’autre, a-t-elle expliqué lors d’un point de presse virtuel environ une heure avant le début de la marche. Le racisme anti-noir ou contre les minorités affaiblissent la santé de notre population. Le racisme, la discrimination et la stigmatisation sont tous associés à une pauvre santé physique, mentale, émotionnelle et à une mortalité plus élevée. »

En ce sens, la Dre Etches souligne d’ailleurs que les résidents des quartiers les plus diversifiés en Ontario sont plus à risque de la COVID-19 que ceux habitant d’autres quartiers moins diversifiés, et ce, « même après avoir pris en considération l’âge et la concentration démographique ».

« Les taux d’hospitalisation étaient quatre fois plus élevés, les taux d’admissions aux soins intensifs également et les taux de mortalité étaient deux fois plus élevés, a-t-elle illustré. On a besoin de meilleures données pour comprendre comment le racisme affecte la santé des gens, mais c’est clair que ça a un impact. »

La Dre Etches a d’ailleurs participé à la marche de vendredi après-midi, mais virtuellement.

« C’est important de traiter le problème. Parlez de racisme à vos enfants et levez vos voix lorsque vous en êtes témoins, demande-t-elle. Quand on a des privilèges, on doit travailler pour faire croître les opportunités de ceux qui n’en ont moins et s’assurer que les voix de ces gens-là soient entendues. »

La Dre Vera Etches conseille également aux manifestants qui ressentiraient des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19, dans les deux semaines suivant la marche, de passer un test de dépistage au virus.

La médecin hygiéniste en chef de Santé publique Ottawa, Vera Etches

Nombre de cas

Par ailleurs, aucun nouveau décès en lien avec le nouveau coronavirus n’est à déplorer vendredi à Ottawa. Depuis le début de la pandémie, 248 personnes sont mortes de la COVID-19 sur le territoire de SPO.

Sept nouveaux cas se sont cependant ajoutés au bilan régional, portant le nombre total de personnes infectées à 1992 depuis le début de la crise. De l’ensemble, 31 personnes sont présentement hospitalisées alors que le nombre de cas guéris s’élève à 1657, soit une proportion de 83 %.

« Le virus circule toujours parmi nous, c’est pour ça que l'oncontinue de faire des mises à jour quotidiennes, met en garde le Dr Brent Moloughney, médecin chef adjoint en santé publique. Alors que davantage d’activités sont possibles, le nouveau “normal” sera maintenant de considérer le niveau de risque de celles-ci. En général, les activités extérieures présentent moins de risque que celles à l’intérieur. Plus les participants sont nombreux et que les contacts sont étroits, plus les risques sont élevés. »

+

LE BSEO INVITE LES GENS À MANIFESTER CONSCIEMMENT

Le médecin hygiéniste au Bureau de santé de l’est de l’Ontario, le Dr Paul Roumeliotis, invite les participants aux manifestations pacifiques antiracisme, qui s’organisent au cours des prochains jours, à le faire en continuant de se protéger contre la COVID-19. 

Le Dr Roumeliotis réitère également, à la suite de la mort tragique de Georges Floyd aux États-Unis, la position du BSEO à l’effet que le racisme est un enjeu de la santé publique. «Le racisme, qu’il soit à l’égard des Noirs, des Autochtones, des Premières nations, des Asiatiques ou d’autres communautés, est inacceptable sous toutes ses formes. En tant que Canadiens, nous devons travailler ensemble pour faire la lumière sur le racisme là où il existe, de le reconnaître et de l’éradiquer», peut-on lire dans la déclaration écrite. «Le racisme crée un climat qui peut donner lieu à des incidents violents qui passent inaperçus et qui restent sans conséquence. Nous ne devons pas, en aucun cas, le tolérer». 

Le Dr Roumeliotis affirme que les manifestations jouent un rôle important pour forcer les autorités et les individus à confronter et à examiner le racisme et appuient les gens qui désirent manifester pacifiquement. Cependant, il incite les individus à le faire en se protégeant et en protégeant les autres pendant que la pandémie de la COVID-19 fait toujours rage. «Il serait peut-être avantageux pour vous d’envisager des méthodes virtuelles pour montrer votre appui, particulièrement si vous ou quelqu’un dans votre foyer, êtes à risque plus élevé de maladie grave des suites de la COVID-19», indique-t-il.

Par contre, pour ceux qui décideront de participer aux manifestations, le BSEO rappelle aux gens d’essayer de garder au moins 2 mètres avec les autres participants et conseille de porter un masque. Le Bureau suggère aussi d’apporter un désinfectant pour les mains, d’éviter de crier et ainsi projeter des gouttelettes et de ne pas partager la nourriture ou les affiches. 

À la suite de la manifestation, le Dr Roumeliotis suggère fortement de laver immédiatement ses vêtements, de passer sous la douche, de désinfecter tout son matériel et de surveiller les symptômes possibles du virus.


« En tant que Canadiens, nous devons travailler ensemble pour faire la lumière sur le racisme là où il existe. »
Dr Paul Roumeliotis

Bilan légèrement à la hausse

Le bilan du nombre de cas positifs de la COVID-19 a subi une légère hausse d’un seul nouveau cas vendredi, portant le total à 150 cas. 

Le Dr Roumeliotis souligne par ailleurs que l’individu ayant testé positif était asymptomatique. «Ça démontre qu’on est encore en danger. [L’augmentation du nombre de cas] est limitée quotidiennement, mais on ne sait jamais comment les cas asymptomatiques peuvent infecter les autres».  

Quant aux trois personnes hospitalisées, l’individu ayant obtenu son congé des soins intensifs en milieu de semaine a dû y être admis de nouveau jeudi soir. Il est présentement le seul à s’y trouver.