Paiement en argent comptant: la Banque du Canada contredit François Legault

OTTAWA - La Banque du Canada n’appuie pas la demande formulée aux consommateurs québécois par le premier ministre François Legault qui les invite à renoncer désormais à payer des biens ou des services avec de l’argent comptant.

Lors de sa conférence de presse quotidienne sur la crise de la COVID-19, mercredi, le chef du gouvernement du Québec a fait part d’une préférence pour le paiement avec des cartes de crédit ou de débit afin de réduire le risque de transmission du nouveau coronavirus.

La Banque du Canada affirme que refuser d’accepter des paiements en espèces peut créer des difficultés injustifiées aux personnes qui dépendent de l’argent comptant pour faire leurs achats. La banque centrale ajoute que la manipulation des billets de banque canadiens ne présente pas un risque plus grand que le fait de toucher d’autres surfaces comme les poignées de porte, les comptoirs de cuisine ou les rampes d’escalier.

Elle recommande aux personnes qui manipulent des billets de banque de suivre les mesures prescrites par les autorités de santé publique contre la maladie COVID-19 et de se laver les mains comme elles l’auraient fait dans d’autres circonstances.

Les autorités québécoises de santé publique affirment qu’en général, les coronavirus peuvent survivre environ trois heures sur les objets inertes avec des surfaces sèches.

La Banque du Canada recommande aux détaillants de continuer à accepter l’argent comptant et de veiller à ce que les Canadiens aient accès aux biens et services qu’il leur faut.

Cependant, certains magasins n’acceptent plus de paiements en espèces. C’est notamment le cas des succursales de la Société des alcools (SAQ); la direction explique que par mesure d’hygiène préventive, les clients ne peuvent plus payer en argent comptant et que seules les cartes de crédit et débit sont acceptées et que celles-ci doivent être manipulées par les clients eux-mêmes.