Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) dénote une légère baisse du nombre de cas actifs de la COVID-19 dans l’Est ontarien vendredi.
Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) dénote une légère baisse du nombre de cas actifs de la COVID-19 dans l’Est ontarien vendredi.

Nombre de cas actifs légèrement à la baisse dans l’Est ontarien

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) dénote une légère baisse du nombre de cas actifs de la COVID-19 dans l’Est ontarien vendredi. Un nouveau cas positif s’ajoute au bilan, mais deux personnes supplémentaires sont considérées comme guéries, portant le total de cas actifs à 19.

Le nouveau cas positif est dénombré dans la Cité de Clarence-Rockland, portant le total dans cette municipalité à neuf. Il s’agit de la seule municipalité ou plus d’un cas est répertorié, hormis le comté de North Glengarry, qui suit avec cinq cas actifs. Les cinq autres individus portant toujours activement le virus sont également répertoriés dans le comté de South Dundas, les municipalités de La Nation et de Russell ainsi que les villes de Hawkesbury et de Cornwall. 

Depuis plusieurs semaines, le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, explique le nombre élevé de cas actifs à Clarence-Rockland par le fait que plusieurs résidents travaillent à Ottawa, ou les cas de COVID se font beaucoup plus nombreux. 

Le BSEO collabore avec les écoles

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario confirme d’ailleurs travailler étroitement avec les écoles et les conseils scolaires afin que la rentrée se déroule le plus rondement possible, malgré la COVID. « Avec le retour en classe en personne, il est possible qu’on trouve des cas de COVID-19 dans nos écoles locales», précise le Dr Roumeliotis. «Cependant, on veut rassurer les parents que des plans sont en place pour identifier rapidement ces cas ainsi que leurs contacts, auxquels s’ajoutent les mesures de prévention des infections qui aideront à protéger les étudiants et à minimiser la propagation du virus dans les écoles.» En cas de déclaration d’un cas positif dans une école, tant les autorités de santé que les écoles sont prêtes à agir rapidement, ajoute le BSEO. Une enquête épidémiologique permettra aussi de déterminer si un établissement et aux prises avec une éclosion et si l’école doit être fermée. 

«Nous mettons également en garde contre les conclusions hâtives selon lesquelles tous les symptômes respiratoires ou les absences de l’école sont liés à la COVID-19, car dans de nombreux cas, les symptômes peuvent être dus à d’autres causes», souligne le Dr Roumeliotis. 

Le BSEO souhaite également rappeler aux parents qu’un outil de dépistage en ligne et disponible en version imprimable, mis en place par le Bureau, doit être utilisé chaque jour afin de déterminer qui un enfant a des symptômes du virus et s’il peut aller à l’école en toute sécurité.