Le projet de tramway dans l'ouest de Gatineau, dont la facture totale est évaluée à plus de deux milliards $, se trouve toujours sur la liste du gouvernement québécois.
Le projet de tramway dans l'ouest de Gatineau, dont la facture totale est évaluée à plus de deux milliards $, se trouve toujours sur la liste du gouvernement québécois.

Neuf projets d’infrastructure pour relancer l’économie en Outaouais

Le gouvernement du Québec a ciblé neuf importants projets d’infrastructures en Outaouais pour relancer l’économie au sortir de la crise sanitaire de la COVID-19.

Ces neuf projets d’infrastructures étaient tous déjà inscrits au Plan québécois des infrastructures (PQI) et dans certains cas étaient attendus parfois depuis plusieurs années dans la région. 

Le gouvernent souhaite accélérer la réalisation de quelque 200 projets d’infrastructures au Québec. Ils apparaissent tous au projet de loi 61 présenté ce mercredi par le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, Christian Dubé. «Nous voulons aider, soutenir, facilité et agir pour la relance, a lancé le ministre. […] Il fallait trouver une manière d’accélérer la mise en chantier de plusieurs projets. Ceux qui sont identifiés bénéficieront de conditions pour accélérer leur réalisation. Ce sont des projets qui ont un potentiel de générer des emplois et favoriser la relance de l’économie.»

Ainsi, la liste des neuf projets dont le gouvernement souhaite faire profiter d’allègements bureaucratiques en Outaouais comprend la «construction de plus de 170 lits en milieu hospitalier», ce qui correspond à la promesse électorale de la Coalition avenir Québec (CAQ). Il reste à voir si ce sera un nouvel hôpital comme initialement avancé par le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, ou s’il s’agira d’un agrandissement d’un des deux hôpitaux de Gatineau. 

«On est à la fin du processus du plan clinique et on a déjà une bonne idée d’à quoi ça va ressembler et on pourra faire l’annonce prochainement, a indiqué le ministre Lacombe. En étant présent sur la liste des projets, s’il devait à un moment donné y avoir un enjeu pour par exemple des autorisations environnementales, on pourra être créatif pour arriver au même résultat plus rapidement. On se donne un outil pour que lorsqu’on sera confronté à un problème de délai qu’on soit capable d’aller plus vite plutôt que d’attendre des autorisations les bras croisés.»

Tramway de Gatineau

Le tramway devant desservir l’ouest de Gatineau est aussi sur la liste. La part du financement du gouvernement fédéral n’a toutefois pas encore été confirmée pour ce projet évalué à plus de 2 milliards $. «Je pense que ça met encore plus de pression sur les épaules du fédéral, a réagi le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. L’appui de Québec à ce projet est total et il le démontre encore une fois de façon importante, mais ce projet-là n’est pas réalisable si le fédéral n’embarque pas. Je relance l’appel, je redemande au fédéral de se brancher le plus rapidement possible, sinon les mesures que vient d’annoncer le gouvernement du Québec seront inutiles.»

Le ministre Lacombe reconnaît que l’enjeu du financement fédéral dans ce dossier reste entier. «On aura beau proposer tous les allégements qu’on voudra, si le fédéral ne remplit pas sa part du contrat en mettant l’argent nécessaire sur la table, il faudra continuer d’attendre après lui, a-t-il dit. Nous on s’occupe de nos affaires, pour nous c’est important que le tramway se réalise rapidement et ça fait des mois qu’on a confirmé notre part du financement.»

Le gouvernent annonce aussi la construction en accéléré de deux maisons des aînés et la construction attendue depuis de nombreuses années d’un nouveau CHSLD à Maniwaki pour remplacer le vétuste Foyer Père-Guinard. Le projet de loi 61 mentionne aussi «le réaménagement du campus de l’Université du Québec en Outaouais». L’UQO projette depuis plusieurs années de concentrer ses activités d’enseignement à Gatineau au campus Alexandre-Taché. «C’est un projet qui chemine actuellement à la vitesse à laquelle il doit cheminer, a noté le ministre Lacombe. Est-ce qu’on peut aller plus vite que prévu? On pense que oui avec certains allégements.» 

La phase III du Rapibus, l’amélioration de l’autoroute 50 entre l’Ange-Gardien et Mirabel et la construction d’une nouvelle école primaire sur le territoire de Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais se retrouvent aussi sur cette liste. 

Plus bas soumissionnaire

Les allégements prévus au projet de loi pourront être utilisés pendant les deux prochaines années et seront applicables pendant une durée maximale de cinq ans, a fait savoir le ministre Dubé. Ce dernier précise que plusieurs que ces allègements permettraient l’obtention plus rapide des permis de construire sur les terres publiques visées par les projets. Le projet de loi permettrait aussi de simplifier les règles d’appels d’offres publics, notamment pour les municipalités, pour qui la règle du plus bas soumissionnaire pourrait être mise de côté. 

«Ça, c’est de la musique à mes oreilles quand le ministre dit ça, affirme M. Pedneaud-Jobin. On le répète depuis des années, le plus bas soumissionnaire ce n’est pas nécessairement le meilleur choix. A priori, c’est très positif, mais après ça, il faut regarder si la mécanique convient aux villes. On est en train d’analyser ça avec l’Union des municipalités du Québec.»

Les études environnementales pourraient dans certains cas s’en trouver accélérées, mais les principes de protection de l’environnement seront respectés, assure M. Dubé. 

«Ce sont des projets dont le Québec a besoin et c’est pendant que la demande privée est moins forte, qu’il y a moins de monde sur les routes, que la main-d’oeuvre est plus disponible et que les prix sont moins élevés qu’on veut accélérer ces projets-là», a ajouté le ministre des Finances du Québec, Éric Girard.