L’annonce du premier ministre, François Legault, a suscité plusieurs réactions dans le milieu de l’éducation, principalement. Le Soleil a rassemblé quelques-unes d’entre elles.  
L’annonce du premier ministre, François Legault, a suscité plusieurs réactions dans le milieu de l’éducation, principalement. Le Soleil a rassemblé quelques-unes d’entre elles.  

Mesures pour le temps des Fêtes: ce qu’ils en disent

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
L’annonce du premier ministre, François Legault, a suscité plusieurs réactions dans le milieu de l’éducation, principalement. Le Soleil a rassemblé quelques-unes d’entre elles.  

Fédération des syndicats de l’enseignement (CSQ)  

«Il y a un grand soulagement chez les enseignants. On était en colère de ne pas avoir été consultés […] on a énormément insisté pour porter le message au ministre de l’Éducation, on avait réussi hier matin, on avait le sentiment qu’on avait été écouté et que le ministre avait été très attentif. Dans ce qu’on voit aujourd’hui, ce n’est pas l’idéal, on aurait préféré rester à l’école, mais à partir du moment où on nous dit qu’on ne pourra pas toujours être à l’école, le fait que soit annoncé que ce ne sont pas des vacances et que le lien avec les élèves va demeurer, la très grande majorité des enseignants se sentent soulagés.» 

— Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ 

 Québec solidaire 

«C'est un grand soulagement de constater que le calendrier scolaire est maintenu au primaire et au secondaire. Les élèves en formation professionnelle et en formation aux adultes restent toutefois dans l'incertitude, parce que le ministre les a encore oubliés dans son annonce. Maintenant que les modifications au calendrier sont écartées, j'invite le ministre à se concentrer sur la réduction des éclosions dans les écoles, par exemple en améliorant la qualité de l'air et en réduisant la taille des groupes» 

— Christine Labrie, responsable solidaire en matière d’éducation 

Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA)  

«Le cri du cœur a été entendu pour une partie du temps des Fêtes. Les gens en support dans les services de garde auraient été épuisés, la première annonce qui avait été faite ça n’avait pas de bon sens pour eux. On est contents de l’annonce, c’est un très bon pas. On revient un peu comme au printemps, ça a été bien contrôlé, alors si c’est fait de la même manière c’est parfait. On apprécie beaucoup le geste du gouvernement de rétablir la situation pour leur annonce officielle.» 

—Réal Pleau, président de la FISA  

Parti québécois 

«Le gouvernement annonce entre 5 et 7 jours de fermeture pour le secondaire. Nous réitérons notre demande de maintenir les classes ouvertes pour une fréquentation physique des élèves pour qui ça ferait une grande différence, compte tenu de leurs difficultés ou de leurs besoins de rattrapage […] Avec ce changement au calendrier scolaire, le gouvernement admet que les écoles sont déterminantes dans les risques de contagion […] On demande donc au gouvernement d’outiller les écoles dès maintenant en purificateurs d'air portatifs, de prioriser le dépistage pour les élèves et le personnel ainsi que de favoriser les demi-classes alternées plutôt que la moitié des classes qui demeurent en taille complète, pour les 3e, 4e et 5e secondaires.» 

— Véronique Hivon, porte-parole du Parti québécois en matière d’éducation 

Syndicat du personnel de soutien des Premières-Seigneuries  

«On salue l’effort d’équité et de revoir cette façon de faire qui n’était pas cohérente de laisser ouverts les services de garde tout en fermant les écoles, mais heureusement ce sera fait dans une moindre mesure [les enfants des travailleurs essentiels des services de santé et d'éducation pourront aller en service de garde les quelques journées de fermeture supplémentaires]. Les membres étaient inquiets à savoir si on laissait toutes les portes ouvertes des services de garde, on n’évitait pas la propagation du virus en créant d’autres «bulles». Reste maintenant à valider qui sera dans les écoles les 17 et 18 décembre, puisque le gouvernement nous demande le télétravail.» 

—Dominic Latouche président du syndicat du personnel de soutien des Premières-Seigneuries 

Parti libéral du Québec 

«[François] Legault demande aux Québécois de souscrire à un contrat sans clairement dire ses responsabilités dans ce contrat pour le temps des fêtes. Pourquoi le gouv. n’accentue pas son action quant aux tests de dépistage notamment pour les personnes asymptomatiques? […] Pourquoi aucune nouvelle annonce pour faciliter et améliorer l’éducation à distance pour nos enfants? Pourquoi n’avoir donné aucun seuil de contamination et d’hospitalisation à ne pas dépasser?» 

—Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec (via Twitter)