Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Service de police d’Ottawa (SPO) a précisé dimanche le plan stratégique qu’il allait mettre en œuvre pour faire respecter les nouvelles mesures frontalières entre Ottawa et Gatineau.
Le Service de police d’Ottawa (SPO) a précisé dimanche le plan stratégique qu’il allait mettre en œuvre pour faire respecter les nouvelles mesures frontalières entre Ottawa et Gatineau.

Mesures frontalières: la police d’Ottawa précise son approche

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Service de police d’Ottawa (SPO) a précisé dimanche le plan stratégique qu’il allait mettre en œuvre pour faire respecter les nouvelles mesures frontalières entre Ottawa et Gatineau.

Dès lundi, des contrôles routiers seront mis en place sur les cinq ponts interprovinciaux reliant Ottawa et Gatineau afin de freiner la propagation de la COVID-19. Les nouvelles mesures frontalières ont été émises par les gouvernements ontariens et québécois vendredi.

Les nouvelles mesures entrent en vigueur à compter de 0h01 lundi. Selon le SPO, des agents seront postés en tout temps sur les cinq liens interprovinciaux reliant Ottawa et Gatineau. Même si le pont Alexandra est fermé en raison des travaux, des agents seront tout de même présents pour effectuer des contrôles aux piétons et aux cyclistes qui veulent traverser la rivière des Outaouais. Des agents seront aussi déployés sur les quais des traversiers Quyon et Bourbonnais.

En vertu des nouveaux pouvoirs conférés par le gouvernement ontarien, « une personne peut être interpellée par des agents de police qui pourront lui poser des questions quant à son motif d’entrer dans la province », précise le SPO.

SPO précise qu’au cours des 24 à 72 premières heures après l’entrée en vigueur des mesures, les agents baseront leur approche sur l’information et la sensibilisation.

L'inspecteur Michel Marin du SPO a mentionné en point de presse dimanche que «ce n'est pas une opération de police», mais plutôt une opération de santé publique «avec le soutien de la police».

Exigences

Plusieurs exigences devront être respectées lors des contrôles, autant par les policiers que par les citoyens.

Les agents du SPO seront tous munis d’un couvre-visage et de lunettes protectrices. Les citoyens devront aussi obligatoirement porter le masque lors des échanges avec les agents.

Le SPO n’obligera pas les citoyens à présenter de documents justifiant leur déplacement. Seul un permis de conduire sera demandé pour les conducteurs de véhicules à moteur.

Les Gatinois qui veulent se rendre à Ottawa devront cependant fournir leur nom, leur adresse et la raison de leur déplacement.

L'inspecteur Marin a indiqué que la vaste majorité de la population comprend les raisons qui justifient la mise en place de ces contrôles routiers. «Le grand public coopère en général et nous n’anticipons pas d’enjeux majeurs durant les contrôles».

Motifs autorisés

Le SPO a aussi tenu à bien identifier les raisons légales qui permettent à une personne de traverser la frontière vers l’Ontario.

Les policiers laisseront passer les gens dont la résidence principale ou le lieu de travail se trouve en Ontario. Ceux qui doivent traverser la rivière pour un rendez-vous médical seront autorisés à le faire.

Les camionneurs et les livreurs qui transportent des biens dans le cadre de l’activité d’une entreprise pourront aussi se rendre en Ontario.

De plus, les personnes qui entrent en Ontario afin d’y exercer un droit ancestral ou issu d’un traité, de même que les personnes dont le déplacement est nécessaire pour un motif humanitaire auront le droit de passage

Si un agent juge que la personne n’entre pas à Ottawa en vertu d’une de ces autorisations légales, elle sera retournée au Québec.

Québec précise ses autorisations

Le Québec avait annoncé vendredi qu'il fermait également sa frontière avec l'Ontario et que la circulation interprovinciale serait surveillée des deux côtés de la rivière.

Québec a précisé dimanche les motifs légaux qui permettent aux Ontariens de traverser en sol québécois.

Les gens dont la résidence principale est au Québec pourront évidemment entrer dans la province. Le gouvernement indique également qu'il laissera entrer les gens qui ont une résidence secondaire au Québec et qui doivent s'y rendre pour des raisons d'entretien.

Les gens qui doivent se rendre à une résidence hors du Québec, mais qui doivent passer par le Québec pour y arriver, auront également le droit de passage.

Le gouvernement Legault permettra aussi les déplacements pour travailler, pour étudier ou pour assister à des rendez-vous médicaux.

Comme c'est le cas pour l'Ontario, les travailleurs qui transportent des biens dans le cadre des activités d'une entreprise pourront traverser la rivière. Les gens qui doivent se rendre au Québec pour un jugement sont aussi admis.

Le Québec permet aussi les déplacements de ceux qui veulent exercer un droit ancestral ou issu d'un traité.