Masques obligatoires dès mardi à Ottawa et dans l'Est ontarien

Le port du masque sera obligatoire dans les endroits publics clos partout à Ottawa et dans l’Est ontarien dès minuit le 7 juillet.

Les médecins hygiénistes des quatre unités sanitaires de la région de l’est de l’Ontario ont annoncé conjointement cette nouvelle mesure lundi.

«Nous avons décidé d’adopter une approche régionale puisque nous sommes près l’un des autres, particulièrement cet été alors que plusieurs choisiront le tourisme local pour leurs vacances estivales», explique le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), Paul Roumeliotis.

Les quatre experts en santé publique ont expliqué lundi que le port obligatoire du masque aidera à prévenir une résurgence de la COVID-19, alors que la province se dirige vers la phase 3 de son déconfinement.

«Nous souhaitons véritablement adopter une approche éducative et laisser le temps aux gens de s’adapter, insiste le Dr Roumeliotis. On doit être prêts pour une période critique avec la rentrée scolaire de l’automne.»

«Votre masque me protège. Mon masque vous protège. Si tout le monde porte un masque, tout le monde sera protégé», ajoute le médecin hygiéniste du BSEO.

Au besoin, des contraventions pourront être distribuées par des inspecteurs des unités de santé publique, les agents de règlements municipaux ou par les policiers. Ces amendes vont de 500$ à 800$, en vertu de la Loi sur la protection civile et la gestion des situations d’urgence de l’Ontario.

Mesure attendue, selon le BSEO

Le Dr Roumeliotis ajoute par ailleurs que cette mesure semblait être attendue de pied ferme dans l’Est ontarien. «Je n’ai jamais eu autant de courriels qui me sont directement envoyés de citoyens qui demandaient cette directive.»

Cela dit, il ne nie pas avoir constaté bon nombre d’individus, sur les réseaux sociaux entre autres, qui s’y opposent. Ces citoyens affirment que cette mesure vient enfreindre directement leurs libertés individuelles.

«Beaucoup de personnes présument qu’ils devront porter le masque tout le temps, à l’intérieur et à l’extérieur. Mais c’est spécifique seulement aux lieux intérieurs publics. La plupart des plaintes proviennent de gens qui ne comprennent peut-être pas tous les paramètres [de la directive].»

Il espère avant tout sensibiliser ces gens plus réticents au fait que cette mesure vise d’abord à protéger les plus vulnérables qui sont les plus touchés par cette pandémie.

«Dans notre région en particulier, nous avons un niveau plus élevé de personnes avec des conditions médicales préexistantes, des maladies chroniques, des personnes aînées, je pense que nous devons prendre cette mesure collectivement.»

Évidemment, des exceptions seront permises pour des raisons médicales, par exemple. Cependant, des preuves de ces conditions médicales ne seront pas nécessairement requises lors des contrôles. Le Dr Roumeliotis souligne faire confiance à sa population et croit pouvoir se baser sur leur bonne foi. «Appelez ça de la naïveté, mais nous croyons que c’est la meilleure approche. Oui, il y a un risque que les gens mentent, mais c’est le mieux qu’on peut faire. Plus il y a de gens qui portent le masque, le mieux c’est.»

Ottawa aura son règlement

Malgré cette directive des médecins hygiénistes de la région, la Ville d’Ottawa devrait quand même se doter de son propre règlement municipal pour encadrer le port obligatoire du masque dans les lieux publics intérieurs.

Le conseil municipal de la capitale fédérale se penchera sur cette question durant sa prochaine réunion prévue le 15 juillet prochain.

Selon la médecin-chef de Santé publique Ottawa (SPO), Vera Etches, les consignes seront cohérentes avec celles présentées lundi par les quatre unités sanitaires de la région de l’Est.

Ce règlement municipal, s’il est adopté par les élus d’Ottawa, offrira toutefois des outils supplémentaires à la Ville et à SPO afin de veiller au respect de la directive, comme des amendes croissantes après chaque offense, soutient la Dre Etches.