«Ma grand-mère est décédée»

«Bonjour M. Tremblay, ma grand-mère est décédée en début d’après-midi (samedi). Elle était très fatiguée de tout ça.»

Le scénario était écrit dans le ciel, il y a une semaine, quand la petite-fille de cette femme maintenant morte a contacté Le Quotidien. La dame, très âgée, a contracté la COVID-19. Ses chances de s’en sortir étaient pratiquement nulles tellement la maladie est foudroyante pour les personnes âgées. Tout le monde était conscient de cette réalité quand le diagnostic est tombé il y a une semaine.

La famille de cette dame, qui était résidante du CHSLD de la Colline du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, n’avait alors d’autres choix que de se plier aux directives gouvernementales et de mettre toute sa confiance dans l’équipe de soignants et soignantes de l’établissement. Ils allaient lui prodiguer les soins et les traitements qui rendraient la lutte contre la maladie la plus douce possible.

Depuis le premier jour du diagnostic, Le Quotidien a suivi cette épreuve par message texte et n’a jamais été témoin ou pris connaissance d’une seule critique contre l’établissement, malgré les contraintes imposées en raison de la pandémie, principalement les mesures interdisant l’entrée dans le CHSLD.

La petite-fille de la résidante a accepté que sa dernière série de textos transmise vers 16h samedi après-midi soit publiée en guise de support pour le personnel du CHSLD de la Colline qui a pris soin de sa grand-mère à tous les instants au cours des dernières années et, surtout, pendant les derniers moments de sa vie, alors que le coronavirus l’affaiblissait un peu plus chaque jour.

Un témoignage, si on lit entre les lignes, qui apporte un peu d’espoir et met en lumière une réalité de bienfaisance alors que l’actualité est tapissée de drames humains vécus par des aînés dans plusieurs centres d’hébergement au Québec.

«Une infirmière lui tenait la main. Ma mère est arrivée cinq minutes après son départ. Une visite humanitaire avait été acceptée avec tout le matériel de protection adéquat. Ma mère lui avait parlé via FaceTime [vendredi] et un autre de ses fils [samedi] matin», raconte la jeune femme. Pas un mot ou un commentaire de colère parce que la fille de la résidante est arrivée quelques minutes trop tard, les visites étant autorisées 48 heures avant le décès. Mais comment est-il possible de faire une telle prédiction?

Notre interlocutrice a au contraire référé à la conférence de presse du premier ministre François Legault tenue samedi après-midi, pratiquement au même moment où sa grand-mère succombait à la maladie et où il a été grandement question de la situation dans les CHSLD, les centres d’hébergement pour personnes âgées et autres types de ressources qui accueillent les aînés. 

«Malgré tout ce qui a été dit à la conférence de presse, sur les CHSLD, on peut vous dire que de notre côté, ma grand-mère a eu de très bons soins et que le personnel médical a toujours été transparent avec la famille. Elle repose maintenant en paix, loin de cette douleur de virus», a écrit notre correspondante en guise de conclusion.

C’est à la fin de ce texto que Le Quotidien a demandé l’autorisation de publier l’intégralité de la communication, question de souligner le travail du personnel de cet établissement qui compte 17 cas de personnes infectées, incluant des membres du personnel.

«Oui, sans problème, a-t-elle répondu dans la seconde. Je sais que ce n’est pas facile pour eux et qu’ils sont débordés. Les comptes-rendus des fois se faisaient à 22h le soir. Je ne pense pas qu’ils aient beaucoup de personnel. Il ne faut pas qu’ils se découragent. Leur travail est essentiel pour les résidants.»