Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La situation épidémiologique que vit l'Outaouais préoccupe autant les autorités de santé publique que la classe politique de la région.
La situation épidémiologique que vit l'Outaouais préoccupe autant les autorités de santé publique que la classe politique de la région.

L'Outaouais «à un cheveu» de retourner en zone rouge

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le premier ministre François Legault lance un «appel à la prudence» à la population de l'Outaouais alors que la situation épidémiologie de la région montre qu'elle est «à un cheveu» de retourner en zone rouge selon le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

En point de presse mardi à Québec, le premier ministre a lancé son «appel à la prudence» pour deux régions en particulier. «Vous l'avez vu, il y a une augmentation importante, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Outaouais, du nombre de cas, a mentionné M. Legault. On pense qu'on est capable en faisant attention de rester en zone orange, mais c'est important de réduire les contacts. Il y a eu une augmentation des contacts dans les derniers jours, dans les dernières semaines. C'est important, là, au Saguenay [et] en Outaouais, on ne veut pas revenir en zone rouge. Donc, faisons attention, en particulier dans ces zones-là, mais faisons attention partout au Québec.»

En entrevue avec Le Droit mardi, le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, a lui aussi parlé de l'importance que les gens de la région soient «extrêmement prudents» en ce moment.

«Il y a toute une liste de choses qu'on a le droit de faire depuis qu'on est rendus en zone orange, mais je pense que dans le contexte actuel, on doit vraiment se demander si c'est une bonne idée de faire toutes ces choses-là dans la même semaine, par exemple, a-t-il mentionné. […] Il faut redoubler de vigilance, parce que clairement, personne n'a le goût de retourner en zone rouge. […] Ce message-là s'adresse particulièrement aux gens à l'ouest de Gatineau, plus précisément dans le secteur Aylmer.»


« Il faut absolument qu'on se ressaisisse rapidement, qu'on fasse diminuer le nombre de cas. »
Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe

M. Lacombe a fait savoir que son collègue ministre de la Santé, Christian Dubé suit lui aussi la situation en Outaouais «de très, très près». Même s'il n'y a actuellement aucun plan concret pour que l'Outaouais retombe en zone rouge, le ministre Lacombe rappelle que la marge de manoeuvre dont dispose la région «commence à se rétrécir».

«Il faut absolument qu'on se ressaisisse rapidement, qu'on fasse diminuer le nombre de cas, dit-il. Parce que sinon, ils vont devoir recommander plus de mesures de contrôle.»

«À un cheveu» 

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a de son côté rappelé que la vaccination progresse, de sorte qu'«on se rapproche d’une solution». Il s'inquiète toutefois de voir la région replonger en zone rouge, un mois à peine après avoir basculé au palier orange.


« Pour nous qui avons longtemps été en zone rouge, y retourner ce serait une extrêmement mauvaise nouvelle. On est à un cheveu de ça. »
Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

«Ce qui m’inquiète de revenir en zone rouge, c’est faire orange-rouge, rouge-orange, a-t-il dit mardi. C’est des dépenses pour les commerces. Des gens qui trouvent un emploi et qui reperdent un emploi. Personne ne gagne là-dedans et ça m’inquiète beaucoup. Au niveau commercial, dans certains domaines en particulier, les gens du tourisme et de la restauration peuvent en témoigner, on vit des moments critiques. Pour nous qui avons longtemps été en zone rouge, y retourner ce serait une extrêmement mauvaise nouvelle. On est à un cheveu de ça.»

Le maire Pedneaud-Jobin dit comprendre que les gens souhaitent se rencontrer avec l'Arrivée du printemps pour «sortir de cette espèce de marasme qu’on vit depuis un an». «Mais chaque semaine qu’on gagne, plus on reste en zone orange longtemps, mieux c’est et plus on s’approche du moment ou tout le monde aura été vacciné», a-t-il ajouté.

Pas de fermeture de la frontière envisagée

Le premier ministre Legault a par ailleurs écarté la possibilité de fermer la frontière avec l'Ontario, même si la province voisine enregistre en ce moment beaucoup plus de cas chaque jour que le Québec.

Dans le cas précis de l'Outaouais, M. Legault a souligné que de nombreux travailleurs traversent chaque jour la frontière et qu'il faut donc être «réaliste». «Pour l'instant, on ne regarde pas ça [de fermer la frontière], donc ce n'est pas envisagé actuellement, en tout cas de ma part.»

***
À LIRE AUSSI: