Le maire de la Cité de Clarence-Rockland, Guy Desjardins
Le maire de la Cité de Clarence-Rockland, Guy Desjardins

L’état d’urgence déclaré à Clarence-Rockland

L’état d’urgence a été déclaré mardi à Clarence-Rockland, dans l’Est ontarien, en raison de la COVID-19.

La mesure offre la souplesse nécessaire pour répondre aux besoins continus en personnel pendant la pandémie, a indiqué la Cité de Clarence-Rockland dans un communiqué.

«Compte tenu de l’évolution rapide de la situation avec cette pandémie, il est important que la Cité ait la possibilité de réaffecter du personnel dans les zones critiques nécessaires, si un tel besoin se présentait», a déclaré le maire Guy Desjardins.

La mesure en est une administrative. Les réunions du conseil municipal auront lieu comme à l’habitude, signale la Cité de Clarence-Rockland, bien que l’hôtel de ville est fermé au public pour une période indéterminée.

«Cette mesure est nécessaire pour assurer la santé et la sécurité de tous lors de cette pandémie de COVID-19», précise-t-on du côté de la Cité.

Clarence-Rockland continue de fournir les services essentiels tels que l’eau potable, la collecte des déchets et l’entretien des chemins, mais certains autres services pourraient être limités ou reportés, tels que les inspections de construction et de compteurs d’eau. L’accès public au dépotoir est interdit.

Le 6 avril, les municipalités de Casselman et de La Nation avaient déclenché l’état d’urgence en lien avec les mesures visant à freiner la propagation de la maladie respiratoire qui a contribué au décès de 622 personnes en Ontario entre le 15 janvier et le 20 avril.

Les Comtés unis de Prescott et Russell, les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry et la Ville de Cornwall ont déclaré l’état d’urgence le 26 mars.