L’Est ontarien déclare l’état d’urgence

Trois gouvernements de l’Est ontarien ont décrété en bloc l’état d’urgence sanitaire, jeudi.

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry (SDG) et la Ville de Cornwall en ont fait l’annonce lors d’une conférence de presse par téléphone, jeudi après-midi. 

L’Est ontarien ne comporte que quatre cas positifs de coronavirus. Toutefois, le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’Est de l’Ontario, le Dr Paul Roumeliotis, a indiqué qu’il fallait «agir vite», et que c’est pour cette raison qu’il était nécessaire de faire une telle déclaration.  

Une déclaration «symbolique»

Les élus ont fait savoir que la déclaration de l’état d’urgence leur donnerait plus de ressources et de flexibilité face aux employés municipaux, sans pour autant préciser si quelles mesures concrètes devront être mises en place éventuellement.  

«C’est très symbolique, a souligné le président des CUPR Pierre Leroux. On veut être certain que le message est clair pour tous les résidents.»

Le président des Comtés unis de Prescott et Russell, Pierre Leroux

Le maire de Casselman a récemment rappelé ses résidents à l’ordre dans les pages du Droit après avoir constaté qu’ils remplissaient encore les stationnements des commerces de la municipalité. 

À LIRE AUSSI: COVID-19: Doug Ford en a ras-le-bol des entreprises malicieuses

> Le bilan s’alourdit, encore des décès à prévoir à Ottawa

>> Les résidents de Casselman rappelés à l'ordre

M. Leroux espère un changement de mentalité au sein de la communauté. « Je pense que plusieurs personnes ne respectent pas les consignes de Santé publique (...). Il y a des gens qui jouent encore dans nos parcs, quand c’est clair qu’ils n’ont pas d’affaire là. »

La mairesse de Cornwall, Bernadette Clement, affirme ne pas être non plus satisfaite avec le comportement de ses citoyens. 

«Nous devons hausser le ton, pour que les gens comprennent qu’ils doivent demeurer à la maison.»

La mairesse de Cornwall, Bernadette Clement

L’Est ontarien est en attente des résultats de plus de 300 tests. 

«Plus de 50 pour cent des cas au Canada ne sont pas liés aux personnes qui ont voyagé à l’étranger ou à des contacts avec des voyageurs, a rappelé le Dr Roumeliotis. Cela signifie qu’il y a maintenant propagation de la COVID-19 dans la communauté partout au pays, et notre région n’y fera pas exception.»

Des centres de dépistage devraient être ouverts dans la région vers la fin de la semaine prochaine.