L'Hôpital de Gatineau
L'Hôpital de Gatineau

Les visites de nouveau autorisées dans les hôpitaux du CISSSO

Interdites depuis la mi-mars, les visites sont de nouveau permises dans les hôpitaux de l'Outaouais. Certaines conditions doivent tout de même être respectées afin de limiter les risques de propagation de la COVID-19.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a indiqué par voie de communiqué, lundi, que la collaboration des proches des patients hospitalisés est demandée «pour limiter à l'essentiel leurs visites», qui sont autorisées depuis vendredi dans les hôpitaux du Québec.

Le CISSSO précise que parmi les mesures en place, «un questionnaire sur la présence possible de symptômes de la COVID sera fait auprès de chaque visiteur».

Les personnes présentant des symptômes compatibles avec ceux de la COVID-19 et celles ayant reçu un diagnostic d'infection au nouveau coronavirus au cours des 28 jours précédents ne pourront pas visiter un proche à l'hôpital. Les visiteurs de moins de 14 ans ne sont pas acceptés.

Les visites ne seront par ailleurs pas permises au sein des unités de soins intensifs de la région, ni à l'unité de soins coronariens de l'Hôpital de Hull.

L'Hôpital de Hull

Chaque personne devra s'identifier et les noms des visiteurs seront inscrits dans un registre. Le CISSSO souligne que le port d'un couvre-visage «est fortement recommandé», tandis que le lavage des mains avec un désinfectant à base d'alcool sera obligatoire à l'arrivée de tous les visiteurs.

L'organisation note qu'une distanciation physique de deux mètres «devra être respectée en tout temps avec les employés et les usagers».

«Le contexte pandémique actuel, bien que moins critique, demeure, rappelle le CISSSO. Nous incitons donc toutes les personnes se présentant à l’hôpital en tant que visiteur, accompagnateur ou proche aidant à prendre toutes les précautions nécessaires. Finalement, les unités de soins continueront d’utiliser les moyens technologiques pour communiquer avec les proches et les familles des personnes hospitalisées.»

Le ministère de la Santé précise de son côté que chaque établissement peut modifier les directives «de façon exceptionnelle advenant une éclosion ou lors d’un fort achalandage du milieu».

Accompagnateurs

Certaines restrictions s'appliquent aussi pour les accompagnateurs, qui sont admis dans les hôpitaux seulement lors de situations particulières.

Le ministère de la Santé précise que dans les salles d'urgence, «un seul accompagnateur par patient est autorisé, à moins que la présence d’autres personnes soit requise pour des raisons médicales ou pour l’annonce d’une mauvaise nouvelle». Les établissements peuvent toutefois interdire les visites de manière temporaire «en cas de fort achalandage».

Des mesures spéciales sont aussi prévues afin de permettre la présence d'accompagnateurs en cancérologie, de même que pour les soins obstétricaux, néonataux et pédiatriques.