La directrice générale de l’École d’entrepreneurship de Beauce (EEB), Isabelle Le Ber
La directrice générale de l’École d’entrepreneurship de Beauce (EEB), Isabelle Le Ber

Les entrepreneurs à l'école: des conseils pour la relance

EXCLUSIF / Au début du confinement, alors que toutes les entreprises faisaient la course à la transformation des services en ligne, l’École d’entrepreneurship de Beauce (EEB) avait d’autres préoccupations. L’équipe s’est concentrée sur la planification d’un parcours d’accompagnement afin d’aider les entreprises à rebondir après la crise.

Voilà que les séances sont prêtes. «S’équiper pour rebondir» commencera le 11 mai prochain, et toutes les entreprises peuvent s’inscrire. Il s’agit d’un parcours en ligne qui permettra aux entrepreneurs d’échanger entre eux, de bénéficier de l’expérience d’autres entreprises, de gérer l’incertitude et de nager dans le contexte actuel. 

On parle beaucoup d’un «retour à la normale», la vérité et que cette normalité ne sera pas instantanée pour les entreprises, beaucoup sera à reconstruire.

«Ce que je dis dès le départ, c’est que tu es mieux de te retrousser les manches, parce que ça va être un long retour à la normale. Ça ne sera plus jamais comme avant. Aimez-vous ce que vous faites? Aimez-vous le domaine? Si tu n’étais pas certain avant la crise, c’est le moment de lâcher ça. Tu vas avoir besoin d’être déterminé et passionné pour traverser ce qui s’en vient», exprime Jean Bédard, président depuis 25 ans de La Cage – Brasserie sportive.

L’homme d’affaires agira à titre de coach pendant les séances, il donnera des conseils et parlera de sa propre situation.

«Je souhaite bien humblement partager notre perspective par rapport aux défis que l’on vit. Et ce n’est pas parce qu’on a de l’expérience qu’on peut bien gérer une pandémie, c’est nouveau pour tout le monde, mais on a certains réflexes qu’on utilise qui nous ont servis par le passé, comme un coffre à outils.»


« Aimez-vous ce que vous faites? Aimez-vous le domaine? Si tu n’étais pas certain avant la crise, c’est le moment de lâcher ça. Tu vas avoir besoin d’être déterminé et passionné pour traverser ce qui s’en vient. »
Jean Bédard, président de La Cage - Brasserie sportive

La crise du verglas et des grèves de hockey (problème majeur pour une brasserie sportive!) sont parmi les événements qui auront forgé le caractère d’entrepreneur de Jean Bédard, il utilisera entre autres ces événements pour comparer les solutions d’autrefois avec la crise sanitaire d’aujourd’hui.

«Je ne prétends pas avoir le manuel complet, mais j’en ai déjà vécu des crises. Ce n’est pas rose pour personne, petites ou grandes entreprises, on est tous touchés. J’aime en parler et l’exprimer, et si ça peut aider la discussion, tant mieux. Il faut être transparent et se serrer les coudes entre entrepreneurs», termine-t-il.

Partager les bonnes recettes

Le programme de 12 semaines est accessible à l’ensemble de la province au coût de 450 $, et les clients entrepreneurs de Desjardins auront droit à un rabais de 100 $ sur les frais d’inscription.

«Ce n’est aucun revenu pour nous, ce n’est pas payant, mais ça va générer du mouvement. Le but est de supporter la relance, notre mission est d’aider les entrepreneurs à faire grandir leur entreprise. Notre force est d’avoir une communauté qui se tient, un réseau qui s’entraide», indique la directrice générale de l’EEB, Isabelle Le Ber.

Selon elle et son équipe, les entrepreneurs doivent s’entraider plus que jamais pour que le moteur fonctionne et que la «relance du Québec» ait lieu. «Si tu restes dans ta cour et tu ne vois pas ce qui se passe ailleurs, ça n’aidera pas», insiste Mme Le Ber.

Pendant plusieurs semaines, ils ont discuté avec leurs membres et ont épaulé les entreprises. Ils ont surtout écouté, pris des notes et tâcheront de répondre au plus grand nombre de questions possibles avec l’aide de quelques entrepreneurs bien ciblés, qui pourront apporter une partie d’explications.

«Notre fucus est resté sur les besoins de nos entrepreneurs. Les séances, c’est du concret, ils vont pouvoir se questionner», ajoute la directrice générale.

Afin de réussir son arrivée dans le monde virtuel, l’école s’est associée à Skillable, une entreprise spécialisée dans la conception de parcours professionnels intégrés au travail, et au Mouvement Desjardins.

Les inscriptions se font en ligne sur le site Web de l’École d’entrepreneurship de Beauce. Le nombre de places est illimité.