Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Les courbes de COVID-19 s’aplatissent dans l’Est du Québec

Gilles Gagné
Gilles Gagné
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CARLETON — Après une augmentation des cas de COVID-19 dans l’Est du Québec autour du premier de l’an, les cas d’infection ont diminué entre les 5 et 12 janvier en Gaspésie, au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord.

C’est en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine que la diminution a été la plus forte, toutes proportions gardées, puisque le nombre de cas actifs a chuté de 35,7%, de 84 à 54 cas, au cours de la semaine. Le nombre de nouveaux cas a diminué aussi du 5 au 12 janvier, avec 34, comparativement à 66 lors de la semaine précédente.

Le point chaud de la région depuis quelques semaines, la MRC du Rocher-Percé, a vu son nombre de cas actifs diminuer de 49 à 33. Dans Avignon, le nombre de cas actifs a été coupé de moitié, de 14 à 7, exactement comme dans Côte-de-Gaspé, de 18 à 9.

L’éclosion assez importante détectée à Listuguj le 30 décembre accaparait pratiquement tous les cas de la MRC d’Avignon durant la semaine. Elle a connu un sommet à 16 cas mais comme le disait le directeur régional de la santé publique, le docteur Yv Bonnier-Viger, le 7 janvier, elle était sous contrôle.

Deux MRC, Bonaventure et la Haute-Gaspésie, de même que les Îles-de-la-Madeleine, comptent chacune moins de cinq cas. En fait, elles se partagent un total de cinq cas, une situation plus qu’enviable quand on la compare au contexte québécois.

Le nombre de guérisons s’est établi à 64 au cours de la semaine, ce qui porte le total depuis le début de la pandémie à 1587. Le nombre total de cas atteint maintenant 1685 depuis mars. Il n’y a eu aucun décès au cours de la semaine mais le nombre d’hospitalisations est passé de cinq à neuf. Quarante-quatre personnes sont décédées de la COVID-19 depuis mars dans la région.

En début de journée le 12 janvier, 2,9% des Gaspésiens et des Madelinots avaient reçu un vaccin contre le coronavirus. Une campagne de vaccination est en cours dans Rocher-Percé, à la Villa Pabos.

Le Bas-Saint-Laurent aplatit aussi sa courbe

Malgré des éclosions dans trois milieux de vie pour aînés et un nouveau décès lié à l’une d’entre elles, le Bas-Saint-Laurent se dirige graduellement, du moins au cours des derniers jours, vers un aplatissement de sa courbe épidémiologique. Avec 46 nouveaux cas de COVID-19 au cours de la dernière semaine, la région est passée de 15 nouveaux cas vendredi à 4 cas ce mardi.

Cette même journée, la région enregistrait 113 cas actifs, comparativement à 162 la semaine précédente. Par conséquent, sur les 1 404 personnes ayant contracté le virus depuis la mi-mars dans la région, 1 291 en sont guéries. Mardi, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent comptabilisait deux hospitalisations. Avec un nouveau décès survenu au cours des derniers jours, le CISSS en déplore maintenant un total de 25 depuis le début de la pandémie. Une moyenne de 823 tests de dépistage sont réalisés quotidiennement dans l’ensemble du territoire du Bas-Saint-Laurent.

Trois éclosions

Une nouvelle éclosion est en cours depuis vendredi à l’Unité de réadaptation fonctionnelle intensive (URFI), située au Centre multiservices de Mont-Joli. L’établissement offre des soins aux personnes nécessitant des interventions de réadaptation intensive et des soins médicaux à la suite d’une maladie ou d’un traumatisme. Six cas positifs ont été détectés. Il s’agit de quatre usagers sur les neuf qui sont logés à l’URFI et de deux employés sur la cinquantaine qui y travaillent. Mardi, la situation était considérée comme étant stable.

Du côté de l’Unité transitoire de réadaptation fonctionnelle, adjacente au Manoir Les Générations de Rimouski, cinq nouveaux résultats positifs se sont ajoutés au cours des sept derniers jours, pour totaliser 34 cas: 24 usagers sur les 30 que loge l’établissement et 10 travailleurs. C’est d’ailleurs à cet endroit que l’un des résidents a succombé à la maladie. Mardi, la situation était jugée stable.

Dans l’une des unités du CHSLD de Chauffailles de Rivière-du-Loup, trois nouvelles personnes ont été infectées à la COVID-19 au cours de la semaine, passant ainsi de quatre à sept. Il s’agit de quatre résidents et de trois employés. La situation est cependant demeurée stable depuis jeudi.

Arrivage du vaccin de Moderna

Jeudi, le CISSS du Bas-Saint-Laurent a annoncé que plus de 1 300 personnes supplémentaires seraient vaccinées dans les prochains jours, après la réception d’un nouveau lot du vaccin de Pfizer-BioNTech et d’un arrivage de vaccins de la compagnie Moderna.

« Au site de vaccination, situé au CHSLD de Rimouski, un lot supplémentaire de vaccins Pfizer sera administré auprès des travailleurs prioritaires du secteur de la santé, soit les employés des CHSLD de Rimouski, de La Mitis et de Trois-Pistoles, précise la conseillère aux relations avec les médias du CISSS, Ariane Doucet-Michaud. En conformité avec les limites de circulation du vaccin de Pfizer, des doses seront offertes aux travailleurs des ressources intermédiaires ainsi qu’aux travailleurs de la santé du volet hospitalier et de première ligne […]. Parallèlement, les doses du vaccin de Moderna seront administrées exclusivement aux résidents des CHSLD de l’ouest du territoire, à l’exception du CHSLD de Chauffailles. Les résidents des CHSLD de Squatec et de l’est du Bas-Saint-Laurent seront à leur tour vaccinés lors de la prochaine livraison prévue au cours de la semaine. »

Un deuxième site de vaccination a été déployé au Centre hospitalier du Grand-Portage de Rivière-du-Loup afin d’offrir le vaccin de Pfizer-BioNTech aux travailleurs de la santé de l’ouest du territoire du Bas-Saint-Laurent. La vaccination s’adresse d’abord aux employés des CHSLD, des ressources intermédiaires ainsi qu’aux travailleurs de la santé du volet hospitalier et de première ligne. « La campagne de vaccination nous permettra de vacciner l’ensemble des résidents hébergés en CHSLD et les travailleurs de la santé d’ici les prochaines semaines », prévoit Mme Doucet-Michaud.

Situation toujours enviable sur la Côte-Nord

Sur la Côte-Nord, les autorités du CISSS régional n’ont rapporté que sept nouvelles infections au cours de la dernière semaine, ce qui porte le total de cas à 317 depuis mars 2020. Fait à noter, aucun nouveau cas n’a été enregistré dans la région au cours des trois derniers jours.

On ne compte présentement que 10 cas actifs de COVID-19 sur le territoire nord-côtier et deux hospitalisations, soit deux de moins que la semaine précédente. Le nombre d’hospitalisations peut sembler minime, mais le CISSS a déjà fait savoir que sa marge de manœuvre est mince à ce chapitre puisqu’il y a seulement 10 lits disponibles dans la région pour traiter les patients atteints de la COVID, soit cinq à Baie-Comeau et cinq autres à Sept-Îles.

Pour ce qui est des lits disponibles en soins intensifs pour les patients COVID, la marge est encore plus réduite car on en retrouve seulement deux, soit un à chacun des centres hospitaliers. De plus, ces lits ne sont disponibles que pour environ 24 heures, après quoi le patient devra être transféré dans une autre région.

Il ne reste qu’une seule éclosion liée au coronavirus, soit celle qui a touché neuf personnes de la résidence pour aînés le Château Baie-Comeau, principalement des membres du personnel.

Pour ce qui est de la vaccination, 1 886 doses avaient été administrées en date de mardi. L’ensemble des résidents des CHSLD de la région ont reçu le vaccin, même ceux et celles de la Basse-Côte-Nord, en bonne partie isolée puisque la route 138 ne s’y rend pas.

Là-bas, il fallait attendre l’arrivée du vaccin de Moderna, car les installations du milieu de la santé de la Basse-Côte-Nord ne sont pas équipées pour conserver à très basse température les doses du vaccin développé par Pfizer et BioNTech.

Avec la collaboration spéciale de Johanne Fournier et de Steeve Paradis.