Selon le Pr Jean-Philippe Ayotte-Beaudet, de nombreuses recherches tendent à démontrer que l’éducation à l’extérieur peut avoir des effets bénéfiques sur les élèves.
Selon le Pr Jean-Philippe Ayotte-Beaudet, de nombreuses recherches tendent à démontrer que l’éducation à l’extérieur peut avoir des effets bénéfiques sur les élèves.

Les bienfaits de l'enseignement en plein air

Est-ce que de donner des cours en plein air pourrait être une mesure efficace pour assurer le principe de distanciation sociale entre les jeunes? C’est ce que pense le professeur à l’Université de Sherbrooke Jean-Philippe Ayotte-Beaudet.

Le Pr Ayotte-Beaudet a d’ailleurs lancé une pétition sur le site change.org demandant au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, Jean-François Roberge de « mettre en place des actions concrètes pour appuyer l’éducation en plein air au Québec ».

Avec tout ce qui se passe, le Pr Ayotte-Beaudet pense qu’il est temps que des actions concrètes appuient la pédagogie en plein air. Selon lui, les élèves auraient plus de facilité à respecter les mesures de distanciation sociales à l’extérieur. Cela est vrai maintenant, mais aussi pour la rentrée scolaire de l’automne 2020.

« On aimerait que le ministre puisse appuyer la formation dans le milieu. Ce sont des initiatives un peu éparpillées, donc on aimerait un appui plus formel, encadrant. C’est surtout d’offrir un soutien pour ceux qui veulent le faire », demande le professeur, souhaitant que des investissements en infrastructure soient également effectués.

Effets

Selon le Pr Ayotte-Beaudet, de nombreuses recherches tendent à démontrer que l’éducation à l’extérieur peut avoir des effets bénéfiques sur les élèves.

« Je m’intéresse à l’enseignement des sciences à l’extérieur depuis plusieurs années, exprime-t-il. Beaucoup d’enseignants au Québec ont recours à une pédagogie utilisant le plein air. [...] Le milieu extérieur est concret, réel, que les élèves fréquentent. C’est excellent pour mobiliser ses apprentissages et les transférer dans d’autres contextes. »

Cependant, l’objectif n’est pas que les classes soient toujours dehors. « Je pense qu’il faut qu’il y ait une complémentarité. Il faut avoir une intention pédagogique clairement définie. Ce n’est pas juste d’aller dehors pour aller dehors », assure le professeur.

Et côté météo, pas besoin d’un doux soleil du printemps pour acquérir des compétences. « Je connais beaucoup de personnes qui sortent l’hiver, ou encore lorsqu’il y a un peu de pluie. Les élèves s’habituent. Une fois que les élèves apprennent à bien s’habiller, ce n’est pas un enjeu qui persiste », décrit le professeur.

Quelles sont les activités éducatives qui peuvent être faites en plein air? « On peut aller dénombrer les voitures par couleurs et faire des diagrammes à bandes. On peut demander aux jeunes de faire une rédaction sur ce qu’ils voient. Pour un enseignant qui veut s’initier, on va favoriser des petites périodes à l’extérieur. Petit à petit, les élèves s’habituent aux consignes », cite en exemples celui qui est spécialisé dans l’enseignement des sciences.