Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Du côté de la capitale fédérale, la nouveauté cette année est que des barrages sont érigés 24 h sur 24, sept jours sur sept.

Les barrages causent des bouchons de circulation sur les ponts [PHOTOS]

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les points de contrôle pour limiter la propagation de la COVID-19, de retour depuis tôt lundi aux ponts interprovinciaux qui relient Ottawa et Gatineau, ont créé des embouteillages en direction de la capitale à l'heure de pointe matinale ainsi qu'une congestion monstre sur l'autoroute 50. Cette prescription est loin de plaire au maire d'Ottawa, Jim Watson.

La mesure extraordinaire des gouvernements de Québec et de Queen’s Park dans leurs tentatives de casser la troisième vague dans les deux provinces a été implantée des deux côtés de la rivière des Outaouais.

Contrairement aux maux de tête du matin, le retour à la maison en cette première journée a été beaucoup moins cauchemardesque pour les automobilistes alors que la circulation était fluide sur le pont du Portage entre 17 h et 17 h 30. Des refoulements ont été notés au pont Chaudière vers Gatineau ainsi qu'au pont Cartier-Macdonald vers Ottawa. Depuis le début des restrictions en mars 2020 et le recourt massif au télétravail, les bouchons aux abords des ponts étaient choses rares.

En 2020, des barrages routiers avaient été érigés du côté de Gatineau du début avril jusqu’au 18 mai.

Comme au printemps 2020, des agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) et de la Sûreté du Québec (SQ) assureront une vigie du côté québécois de la rivière, mais elle sera sporadique. Du côté de la capitale fédérale, la nouveauté cette année est que des barrages sont érigés 24 h sur 24, sept jours sur sept. Le Service de police d’Ottawa (SPO) monte la garde du côté ontarien des liens fixes, tout comme aux quais des traversiers de Quyon et de Cumberland.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, n'appuie pas la décision du gouvernement de l'Ontario d'imposer des barrages policiers entre Ottawa et Gatineau. Dans une déclaration écrite, il se dit principalement préoccupé par le fait qu'il y a de nombreux travailleurs essentiels ainsi que des milliers d'employés du gouvernement fédéral qui utilisent les ponts et les traversiers chaque jour. De plus, le maire ne croit pas que le SPO devrait consacrer autant de ressources – environ 50 à 100 policiers par jour – envers ces efforts.

Sur les ondes de la station de radio CFRA lundi matin, le chef du SPO, Peter Sloly, a indiqué que les ressources policières sont étirées au maximum, et il n'a pas écarté la possibilité que des policiers affectés à la surveillance des ponts soient forcés d'être redéployés ailleurs si une situation urgente l'exige.

Sensibilisation

Au cours des premières 24 à 72 heures de cette opération, les agents mettront l’accent sur l’information et la sensibilisation, a indiqué le SPO.


« Dans les situations extrêmes, on a encore le pouvoir, selon la législation, de les refuser d’entrer. Ça ne veut pas dire qu’on ne le fera jamais, mais le focus principal est vraiment l’information et la sensibilisation pour les premiers jours. »
Martin Dompierre, SPO

Du côté de la police provinciale de l’Ontario (PPO), on indique que les camions de transport seront autorisés à passer et que les véhicules à passagers immatriculés en Ontario devront se présenter aux points de contrôle, entre autres à Hawkesbury, mais qu’ils seront autorisés à poursuivre leur route. «Les agents contrôleront les véhicules à passagers entrants immatriculés hors de l'Ontario pour déterminer la raison de leur venue dans l'Ontario», a prévenu la PPO.

Comme au printemps 2020, des agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) et de la Sûreté du Québec (SQ) assureront une vigie du côté québécois de la rivière, mais elle sera sporadique.

Selon le décret provincial de l’Ontario, nulle personne ne doit entrer en Ontario depuis le Québec sauf, notamment, lorsque la résidence principale de la personne se situe en Ontario, lorsque la personne y voyage pour son travail en Ontario, pour le transport de biens, lorsque la personne entre en Ontario afin d’exercer un droit, ancestral ou issu d’un traité ou en raison de son état de santé.

Les autobus d'OC Transpo et de la Société de transport de l'Outaouais (STO) seront aussi surveillés alors que les policiers pourront monter à bord pour s'assurer que les passagers respectent les conditions.

«Cela sera effectué en s'assurant que l'impact sur le service soit minime», a indiqué le SPO.

Rappelons que la mesure de contrôle aux ponts a été annoncée par les gouvernements Ford et Legault vendredi dernier.

Protection

Les agents du SPO seront munis d’un équipement de protection individuelle comprenant un couvre-visage et des lunettes. Les membres du public devront porter un couvre-visage lors de leurs échanges avec les agents.


« À l’exception du permis de conduire un véhicule à moteur, il n’y a pas d’obligation de présenter de documentation aux agents, par exemple, un billet d’un employeur ou d’un médecin. Les particuliers devront cependant fournir leur nom, leur adresse et la raison de leur déplacement. »
Service de police d’Ottawa

Rappelons que l’ordre de rester à domicile du gouvernement de l’Ontario a été prolongé de deux semaines vendredi dernier et devrait donc se poursuivre au moins jusqu’au 20 mai.