Les touristes québécois pourront visiter les Îles cet été, certaines consignes devront toutefois être respectées
Les touristes québécois pourront visiter les Îles cet été, certaines consignes devront toutefois être respectées

Le passage vers les Îles-de-la-Madeleine possible à partir du 26 juin

Le gouvernement a bouclé une entente : les touristes québécois pourront visiter les Îles cet été, un soupir de soulagement pour les Madelinots. Certaines consignes devront toutefois être respectées, il faudra être bien préparé.

L’entente avec les provinces voisines du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard permet aux automobilistes québécois de se rendre au terminal du traversier, à Souris, en direction des Îles-de-la-Madeleine.

Les visiteurs devront avoir en main un formulaire consacré à ce déplacement, qui sera accessible bientôt sur le site du gouvernement du Québec. Sans ce bout de papier, il sera impossible de franchir les frontières. Les visiteurs devront aussi avoir en main leur billet d’aller-retour pour le traversier ainsi qu’une preuve d’hébergement, touristique ou familiale.

Des arrêts seront autorisés au Nouveau-Brunswick pour se ravitailler en essence, manger ou dormir pour une seule nuit. Cependant,l’Île-du-Prince-Édouard demande à ce que les touristes se rendent directement au terminal de Souris, depuis la sortie du pont de la Confédération. Les touristes pourront s’arrêter seulement pour faire le plein d’essence.

«[L’entente] permettra non seulement aux touristes québécois de se rendre aux Îles-de-la-Madeleine et d’y passer des vacances mémorables en toute sécurité, mais aussi au secteur touristique de la région, un pilier de l’économie locale, de reprendre ses activités», a indiqué la ministre du Tourisme Caroline Proulx dans un communiqué.

Soulagement

Dans une lettre ouverte publiée le 1er juin dans les pages du Soleil, le député Joël Arseneau déplorait notamment que les Madelinots étaient pris en otage.

«Non seulement les Madelinots sont-ils confinés à leur archipel, mais ils voient, en plus, s’effondrer d’heure en heure les derniers espoirs de sauver la saison touristique 2020 sous une avalanche d’annulations de séjours», avait-il écrit.

LIRE AUSSI : Les Madelinots sont pris en otages

Le contexte de la pandémie de la COVID-19 a généré beaucoup d’incertitude pour la région. Même que lors de l’annonce gouvernementale de la reprise du tourisme, il n’était pas question du passage vers les Îles, ce qui avait entraîné une avalanche d’annulations. L’entente annoncée samedi amène «une bouffée d’oxygène».

«On peut maintenant regarder vers l’avenir avec un certain optimiste. Il y a un soupir de soulagement, la plupart des Madelinots sont ravis pour les emplois, l’économie et les entreprises vont avoir de l’eau dans le moulin, mais le double enjeu était les retrouvailles familiales annuelles. Sur le plan affectif, ils étaient beaucoup touchés par ça. Plusieurs reçoivent leurs enfants seulement pour l’été», exprime le député des Îles-de-la-Madeleine pour le Parti Québécois.

La santé publique des différentes provinces s’est entendue pour fixer le nombre de touristes à 35 000 pour l’été, la moitié du nombre de visiteurs reçus l’année dernière.

Ouverture trop tard ?

«Ma demande initiale remonte à un mois jour pour jour. Il y a eu une prise de conscience peut-être tardive du côté du gouvernement. Il y a eu beaucoup d’annulations, mais je sais qu’il y a encore de l’appétit très grand pour une évasion dans l’archipel. Sachant que notre objectif de visiteurs est limité, on va récupérer une partie des réservations perdues», indique M. Arseneau.

La période de pandémie n’est pas terminée, le député et les Madelinots espèrent que ces consignes tiendront tout l’été. Ils auraient préféré une permission de passage plus tôt, mais mais ils sont heureux que le dossier soit réglé.