Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pfizer n’est pas la seule entreprise qui cherche à abaisser la limite d’âge de son vaccin.
Pfizer n’est pas la seule entreprise qui cherche à abaisser la limite d’âge de son vaccin.

Le feu vert serait donné au Pfizer pour les ados aux États-Unis d’ici une semaine

Zeke Miller
Associated Press
Jonathan Lemire
Associated Press
Article réservé aux abonnés
L’agence fédérale de réglementation des médicaments (FDA) aux États-Unis devrait autoriser le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer pour les jeunes de 12 ans et plus d’ici la semaine prochaine, selon un responsable fédéral. Cela permettrait une vaccination avant le début de la prochaine année scolaire.

L’annonce devrait intervenir à peine un mois après que le fabricant a constaté que son vaccin, qui est déjà autorisé pour les personnes âgées de 16 ans et plus, offrait également une protection au groupe plus jeune.

Le responsable fédéral, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat pour discuter de l’action de la FDA, a déclaré que l’agence devrait étendre son autorisation d’utilisation d’urgence pour le vaccin à deux doses de Pfizer au début de la semaine prochaine, et peut-être même plus tôt. Une autre personne au fait du processus, qui a parlé sous le couvert de l’anonymat pour discuter de questions internes, a confirmé une annonce imminente et ajouté que l’on s’attend à ce que la FDA approuve l’utilisation de Pfizer pour des enfants encore plus jeunes cet automne.

L’action de la FDA sera suivie d’une réunion d’un comité consultatif fédéral sur les vaccins pour discuter de la possibilité de recommander le vaccin pour les 12 à 15 ans. Les doses pourraient commencer à être injectées après l’adoption par les Centres pour la prévention et le contrôle des maladies de la recommandation du comité. Ces étapes pourraient être achevées en quelques jours.

Le New York Times a d’abord rendu compte du moment prévu pour l’autorisation.

Pfizer a publié fin mars les résultats préliminaires d’une étude de vaccination menée auprès de 2260 volontaires américains âgés de 12 à 15 ans, montrant qu’il n’y avait pas de cas de COVID-19 parmi les adolescents entièrement vaccinés, comparativement à 18 parmi ceux ayant reçu des injections factices.

Les adolescents avaient des effets secondaires similaires à ceux des jeunes adultes, a déclaré l’entreprise. Les principaux effets indésirables sont la douleur, la fièvre, les frissons et la fatigue, en particulier après la deuxième dose. L’étude continuera à suivre les participants pendant deux ans pour plus d’informations sur la protection et la sécurité à long terme.

Pfizer n’est pas la seule entreprise qui cherche à abaisser la limite d’âge de son vaccin. Les résultats sont également attendus d’ici le milieu de cette année à partir d’une étude américaine sur le vaccin de Moderna chez des jeunes de 12 à 17 ans.