Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet
Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet

Le Bloc réclame une aide aux aînés

Le chef du Bloc Québec, Yves-François Blanchet, presse le gouvernement Trudeau de soutenir financièrement les aînés qu’il juge être les grands oubliés de l’aide fédéral. À l’approche de l’été, il maintient aussi qu’Ottawa doit mieux adapter ses programmes aux besoins de l’industrie touristique.

M. Blanchet était de passage «virtuellement» dans la région de Québec vendredi pour s’entretenir avec les chambres de commerce et les maires de la circonscription Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans—Charlevoix.

«Je voulais savoir si les programmes adoptés dans l’urgence par le gouvernement fédéral sont efficaces», explique au Soleil le chef dans le cadre de sa tournée provinciale.

Il voulait aussi prendre le pouls des élus sur le plan de sortie de crise à mettre en branle à moyen et à long terme. «Les 300 milliards $ débloqués par Ottawa ne reviendront pas l’an prochain. On travaille sur une plateforme post-COVID. On doit penser aujourd’hui au modèle économique de demain. Quelle protection du régime agricole veut-on mettre en place? Comment mieux gérer les ressources naturelles? Il faut le faire maintenant», insiste-t-il.

Aide au tourisme

Si les mesures économiques d’Ottawa sont bien accueillies, il faut encore resserrer les mailles du filet, soutient M. Blanchet. Par exemple, il note que les programmes annoncés à ce jour pourraient être mieux adaptés à l’industrie touristique, moteur économique d’importance pour des régions comme Charlevoix et Québec.

«C’est une industrie morcelée. Les besoins de l’écotourisme ne sont peut-être pas les mêmes que ceux des croisières aux baleines, de l’hôtelier ou du restaurateur», illustre-t-il.

Les aînés en urgence

Mais surtout, il cogne toujours sur le clou de la nécessité d’une aide d’urgence pour les aînés. «Je parle au premier ministre dans deux heures [vendredi et je vais lui réaffirmer l’importance de s’entendre sur ce qu’on doit faire. Au Québec, 19 % de la population a plus de 65 ans. C’est encore plus vrai dans les régions. Les gens les plus fragiles face à la maladie, ce sont les aînés. Et ce sont les seuls pour qui il n’y a rien», déplore le chef bloquiste.

Selon lui, la mesure phare demeure une hausse de 110 $ par mois de la pension de vieillesse, qui équivaut à 4 milliards $ sur un an. «C’est une infime partie de ce qui a été annoncé jusqu’à maintenant. On veut faire progresser les conditions de vie des aînés.» Une demande qu’il formulait déjà lors de la campagne électorale de l’automne 2019.

Haute vitesse partout

Plus que jamais en cette ère de visioconférence et de commande en ligne, M. Blanchet estime inacceptable que l’Internet haute vitesse ne soit pas accessible partout. «Pourtant, on dit que c’est un service essentiel. Le privilège de dérouler de la fibre optique vient avec le devoir de desservir tout le territoire», maintient le politicien.

Bonne gestion de crise

Sans vouloir donner son appréciation de la gestion de la crise faite par le gouvernement du Québec, M. Blanchet rend hommage à la posture du premier ministre, François Legault. «J’ai beaucoup de respect pour la gestion de crise de Québec. Il y a un fort leadership qui admet les incertitudes et les erreurs. Il y a une progression dans la réflexion. Et c’est normal. On est dans l’urgence. Le gouvernement essaie des choses. Il ne cache pas les chiffres. Il est très franc et honnête», conclut-il.