L'armée canadienne élabore des plans d'urgence pour empêcher la COVID-19 d'affecter sa capacité de défendre le pays et de poursuivre ses missions à l'étranger, en évitant que des adversaires potentiels profitent de la crise.

L'armée élabore des plans pour empêcher la COVID-19 d'affecter ses capacités

OTTAWA — L'armée canadienne élabore des plans d'urgence pour empêcher la COVID-19 d'affecter sa capacité de défendre le pays et de poursuivre ses missions à l'étranger, en évitant que des adversaires potentiels profitent de la crise.

Les plans d'urgence font partie d'un effort plus large visant à limiter l'impact de la maladie sur les corps d'armée. On restreint notamment l'accès aux quartiers généraux militaires à travers le pays et on annule des voyages et des rassemblements non essentiels. Le chef d'état-major de la défense, le général Jonathan Vance, a ainsi ordonné notamment vendredi l'interdiction de tous les voyages internationaux du personnel militaire.

Dans une entrevue à La Presse canadienne, M. Vance rappelait plus tôt que deux avions russes avaient été «escortés» lundi au large des côtes de l'Alaska, exemple des menaces potentielles contre lesquelles l'armée doit continuer à se protéger malgré la pandémie de coronavirus.

Des avions militaires russes ont également été interceptés près de l'espace aérien du Royaume-Uni et de la Norvège à plusieurs reprises depuis une semaine, ce qui pourrait faire croire que Moscou «sonde» actuellement les défenses européennes et nord-américaines.

«Nous continuons à faire notre travail, notamment de décourager et, si nécessaire, vaincre les attaques contre le Canada, a déclaré le général Vance. Et une partie de la dissuasion est (...) notre capacité à intercepter ceux qui s'approcheraient de notre espace aérien et leur dire de ne pas le faire. On ne baisse pas la garde.»

En même temps, le général Vance rappelle que les plans d'urgence pour assurer la poursuite des activités sont aussi nécessaires pour que l'armée demeure apte à aider les Canadiens en cas de besoin.

Des commandants malades

Les armées du monde entier sont aux prises avec la COVID-19: plusieurs commandants en Europe sont atteints et en isolement, notamment le commandant des forces armées polonaises et celui de l'armée italienne. Les commandants militaires canadiens ont d'ailleurs annulé des déplacements non essentiels pour des conférences de planification avec des alliés, dont l'un serait responsable d'avoir infecté certains commandants en Europe.

Le général Vance a envoyé vendredi une lettre à tous les militaires canadiens et à leur famille ordonnant l'interdiction de tout voyage international pour le personnel militaire pendant au moins les trois prochaines semaines. Le chef d'état-major a expliqué qu'il avait l'obligation de s'assurer que l'armée puisse poursuivre ses opérations et se préparer «à tout défi inconnu auquel nous pourrions faire face».

Ceux qui sont stationnés à l'étranger doivent rester en place et adopter des mesures de protection. Tous les rassemblements non essentiels au Canada ont également été suspendus, tandis que les militaires sont invités à travailler de chez eux lorsque cela est possible. Les écoles et collèges militaires continueront de fonctionner, mais les étudiants sont confinés dans des bases. Les militaires qui avaient acheté des forfaits vacances ont été informés qu'ils seraient remboursés pour leur annulation.

Pourtant, le général Vance soutient que certaines activités ne seront pas annulées, comme la formation, qui est considérée comme essentielle pour s'assurer que l'armée peut faire son travail. Et dans leur planification d'urgence, l'état-major prévoit déjà qu'une partie des militaires ne sera pas en assez bonne santé pour travailler.

Alors que la planification est en cours, l'un des défis immédiats de l'armée est de déplacer les gens dans le monde. Cette tâche était de plus en plus difficile, car les lignes aériennes avaient déjà annulé des vols avant que les États-Unis n'interdisent d'entrée cette semaine de nombreux ressortissants étrangers en provenance d'Europe.