L’épidémiologiste en chef de la Suède, Anders Tegnell, en conférence de presse à Stockholm, mardi   
L’épidémiologiste en chef de la Suède, Anders Tegnell, en conférence de presse à Stockholm, mardi   

La Suède s’attend à plus de 3 000 décès supplémentaires de la COVID-19

STOCKHOLM — La Suède, qui affiche déjà un des bilans les plus lourds par habitant dans le monde, a jugé mardi probable un scénario prévoyant plus de 3 000 décès supplémentaires dus au nouveau coronavirus.

Ces prévisions sont tirées de l’un des trois scénarios envisagés par l’agence de santé publique du royaume scandinave, qui a attiré l’attention du monde entier par sa stratégie moins stricte face à la COVID-19.

Le bilan de l’épidémie en Suède a atteint mardi 5 646 décès et 78 166 cas confirmés, plaçant le pays nordique dans le peloton de tête des pays les plus touchés, même si les autorités soulignent le ralentissement des nouveaux cas, des cas graves et des décès.

Selon l’agence de santé publique suédoise, le scénario le plus probable consisterait à voir émerger différents foyers à travers le pays, qui seraient plus ou moins faciles à endiguer.

Un scénario «déjà vu dans d’autres parties du monde et qui semble suivre le cheminement habituel de la COVID-19», a précisé l’épidémiologiste en chef Anders Tegnell.

Dans cette hypothèse, du fait d’un relâchement des mesures barrières, le taux d’infection «croîtrait rapidement suite à une plus grande socialisation entre les personnes», mais décroîtrait ensuite rapidement «au moment où les gens prendront conscience du risque et respecteront les gestes barrières comme la distanciation sociale». Le nombre estimé de morts supplémentaires dans ce cas est estimé à 3 200.

Le pire scénario envisage lui plus de 4.400 morts supplémentaires, dans l’hypothèse où le coronavirus suivrait la trajectoire classique d’une pandémie.

Le «meilleur» scénario, dans lequel le virus suivrait le cours des tendances actuelles, prévoit que 1 100 décès additionnels pourraient être à déplorer.

Contrairement à d’autres pays européens, la Suède n’a jamais imposé de confinement à sa population et a défrayé la chronique à l’étranger par sa stratégie jugée laxiste face au coronavirus. Elle a gardé les écoles pour les moins de 16 ans ouvertes, ainsi que les cafés, bars et autres restaurants.