La jeune femme dans la vingtaine, qui aurait contracté le virus en voyage, aurait notamment pris l’autobus et visité au moins un restaurant alors qu’elle devait se trouver en isolement chez elle.

La jeune femme aurait «bien collaboré» à l’enquête épidémiologique

La jeune femme infectée par la COVID-19 qui a fait fi des consignes d’isolement et nécessité l’intervention de la police de Québec, vendredi, aurait «bien collaboré» à l’enquête épidémiologique, selon le directeur de la santé publique de la Capitale-Nationale, qui ne s’inquiète pas pour la santé de la population.

Selon les informations obtenues par Le Soleil, la jeune femme dans la vingtaine, qui aurait contracté le virus en voyage, aurait notamment pris l’autobus et visité au moins un restaurant alors qu’elle devait se trouver en isolement chez elle.

«On a fait comme pour tous les cas, on a questionné la personne, qui nous a donné une description assez précise des lieux qu’elle avait fréquentés. On a aussi questionné son coloc, qui demeurait avec elle depuis quelques jours et qui est devenu un contact étroit d’un cas avéré [et qui est en isolement depuis vendredi]. On a enquêté aussi sur ses déplacements à lui, et on a validé ceux de la jeune femme pour être certain d’être exhaustif», a détaillé au Soleil le Dr François Desbiens.

Pour les lieux fréquentés par la jeune femme, «on a évalué si son passage avait été suffisamment long pour justifier des interventions auprès d’individus dans ces milieux-là», ajoute le Dr Desbiens.

Transport en commun

Pour le transport en commun, par exemple, «si l’autobus n’est pas bondé et que la personne reste juste cinq à six minutes dans l’autobus, ce n’est pas considéré comme des contacts étroits. Ça prend une durée et une proximité de contact.»

Le DDesbiens indique qu’«il y a certains individus qui ont été identifiés et qu’on a contactés, et ces gens-là ont reçu l’information et les directives qu’on donne à tout le monde».

Selon lui, tant la jeune femme que son «coloc» se sont montrés «très collaboratifs». «Je ne m’attends pas à des cas communautaires [reliés à cette jeune femme]», à moins que la jeune femme ait oublié un site dans sa nomenclature des lieux fréquentés, dit le Dr Desbiens.

C’est en vertu d’un mandat d’ordonnance, soit un «ordre d’isolement et de respect des directives pour éviter toute contagion», que les policiers sont intervenus auprès de la jeune femme, vendredi, pour la conduire dans un «centre de santé ciblé».

Selon nos informations, la jeune femme serait en isolement à l’Institut universitaire de santé mentale de Québec.