Le centre désigné COVID-19 de l'Hôpital de Hull accueille maintenant 31 patients. 
Le centre désigné COVID-19 de l'Hôpital de Hull accueille maintenant 31 patients. 

La deuxième vague «frappe vraiment plus fort» en Outaouais

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Plongée en zone rouge depuis près d'un mois, l'Outaouais n'a «pas encore gagné la bataille de la deuxième vague» de la pandémie. Avec une 46e victime, une cinquantaine d'éclosions actives et des hospitalisations qui continuent de grimper en flèche, le réseau de la santé de la région tente tant bien que mal de reprendre le dessus sur la COVID-19.

La deuxième vague «nous frappe vraiment plus fort», n'a pas hésité a dire, la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Josée Filion, lors d'un point de presse lundi après-midi, en soulignant que le nombre de cas confirmés a «presque doublé» dans la région entre septembre et octobre.

Il y a eu 1088 diagnostics de COVID-19 dans la région en octobre, comparativement à 578 le mois précédent.

Le tout se fait ressentir du côté des hospitalisations. Alors que le bilan de vendredi montrait 24 patients au centre désigné COVID-19 de l'Hôpital de Hull, le CISSSO a indiqué lundi que ce nombre atteint désormais 34. Du lot, deux patients se trouvent aux soins intensifs. Lors de la première vague, il n'y a jamais eu plus de 14 patients hospitalisés simultanément en raison de complications de la COVID-19 dans la région.

«On doit déployer 40 lits pour la clientèle qui est affectée par la COVID, a rappelé Mme Filion. […] Pour vous donner un ordre de grandeur, ça représente de faire un hôpital dans un hôpital. C'est l'équivalent de l'Hôpital […] du Pontiac, où on a 39 lits d'hospitalisations.»

La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Josée Filion

À LIRE AUSSI: COVID-19: les hospitalisations grimpent en flèche en Outaouais

Dans ce contexte, le CISSSO n'écarte pas la possibilité de déplacer des patients de l'Hôpital de Hull «vers d'autres» milieux afin de permettre la mise en place d'un plus grand nombre de lits dans les unités réservées aux patients atteints du virus. L'hôtel Quality Inn du secteur Gatineau accueille déjà 28 patients du réseau afin de libérer de la place en milieu hospitalier, a fait savoir Mme Filion.

La directrice des soins infirmiers du CISSSO, Marie-Ève Cloutier, a pour sa part indiqué que l'organisation planifie déjà «de devoir augmenter le nombre de lits COVID» si le besoin se présente.

Le CISSSO avait annoncé vendredi devoir procéder au délestage de certaines activités en raison de la hausse des hospitalisations associées à la pandémie. Les efforts se poursuivent dans l'espoir que la reprise puisse s'effectuer jeudi, a mentionné Mme Cloutier.

Personnel déplacé

Le CISSSO a dû appliquer pour la toute première fois un arrêté ministériel lui permettant de déplacer du personnel afin de répondre aux besoins. Une trentaine d'employés sont concernés jusqu'à présent.

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais (SPSO), Patrick Guay, a indiqué qu'il s'agit de ses membres.

Le tout s'est fait «à la va-vite», déplore M. Guay. L'arrêté ministériel «permet beaucoup de choses à l'employeur comme l'annulation de vacances, de congés et de libérations syndicales, et le déplacement où bon lui semble de tout le monde», explique-t-il.

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais (SPSO), Patrick Guay

Le président du SPSO peine à comprendre comment le CISSSO a ciblé les employés qu'il a déplacés au courant de la fin de semaine. Il affirme notamment que des infirmières n'ayant jamais travaillé sur des unités de soins en milieu hospitalier ont été appelées en renfort dans les hôpitaux, et que d'autres qui occupent un poste de jour ou de soir ont dû effectuer des quarts de nuit à quelques heures d'avis.

«Mon monde est en beau joual vert, s'insurge Patrick Guay. […] J'ai l'impression que les ressources humaines dorment au gaz.»

Bilan quotidien

Le bilan de lundi faisait état de 23 nouveaux cas confirmés en Outaouais, pour un total de 2537 depuis le début de la crise. Pour les sept derniers bilans, la hausse moyenne a été de 36 nouveaux cas par jour.

La directrice régionale de la santé publique, la Dre Brigitte Pinard, a indiqué qu'une cinquantaine d'éclosions sont actuellement actives. «Plus de la moitié des éclosions sont en milieu de travail dans la communauté, a fait savoir la Dre Pinard. Nous avons aussi près d'une dizaine d'éclosions actives dans des milieux de soins ou d'hébergement.»

La Dre Pinard estime que «la situation épidémiologique demeure très fragile dans la région», de sorte que l'Outaouais «n'a pas encore gagné la bataille» contre cette deuxième vague, plus virulente que la première.

«La poursuite des efforts collectifs d'avère vraiment essentielle pour préserver la capacité de notre système de soins, et aussi bien entendu pour protéger notre population qui est plus vulnérable aux complications de la COVID-19», a insisté la Dre Pinard.

Onze décès en 11 jours

Les décès causés par le virus sont aussi fréquents ces derniers jours. La région déplore 11 décès en autant de jours. La plus récente victime – la 46e de l'Outaouais – demeurait au Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Papineau – une aile de l'hôpital du secteur Buckingham. Il s'agit du premier décès causé par la maladie à être rapporté dans cet établissement.

La deuxième vague de la pandémie est en cause dans 13 décès en Outaouais jusqu'à présent. «Ce sont des groupes d'âge de 80 ans et plus qui sont particulièrement touchés par des décès, a précisé la Dre Pinard. En fait, on ne rapporte aucun décès parmi les personnes de moins de 60 ans dans la région.»

La directrice régionale de la santé publique, la Dre Brigitte Pinard

Cas actifs

Sur les 2537 cas de COVID-19 confirmés dans la région depuis le printemps, 257 sont encore actifs. Du lot, 199 proviennent des secteurs Hull, Aylmer et Gatineau. Il y en a aussi 30 sur le territoire de Papineau, 11 dans les Collines-de-l'Outaouais, huit dans la Vallée-de-la-Gatineau et quatre dans le Pontiac, tandis que la provenance de cinq autres cas actifs n'est pas encore déterminée.

Il y a par ailleurs 28 employés du CISSSO actuellement infectés, soit près de 11% de tous les cas actifs de la région.

Du côté des milieux de soins et de vie, le bilan de lundi fait état de 17 cas actifs au complexe Cité-Jardin (secteur Gatineau), six à l'Hôpital de Hull, trois à l'Hôpital de Gatineau, deux aux Jardins Notre-Dame (secteur Hull), deux au CHSLD La Pietà (secteur Hull), deux à la Résidence de la Gappe, un à la résidence Le Monastère (secteur Aylmer), un à la Résidence de l'Île (secteur Hull) et un au Centre hospitalier Pierre-Janet.