La COVID-19 a fait une sixième victime en Outaouais, où l’on a enregistré vendredi quatre nouveaux cas confirmés d’infection au nouveau coronavirus.
La COVID-19 a fait une sixième victime en Outaouais, où l’on a enregistré vendredi quatre nouveaux cas confirmés d’infection au nouveau coronavirus.

La COVID-19 cause un sixième décès en Outaouais

La COVID-19 a fait une sixième victime en Outaouais, où l’on a enregistré vendredi quatre nouveaux cas confirmés d’infection au nouveau coronavirus.

Selon les données de l'Institut national de santé publique du Québec basée «selon le lieu de résidence de la personne au moment du décès et non selon le lieu du décès», la sixième victime de la COVID-19 en Outaouais se trouvait dans un centre hospitalier.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a pour sa part indiqué qu'il s'agit «d'un patient du centre désigné COVID-19 de l’Hôpital de Hull» en provenance de son domicile.

Sur les six décès déplorés dans la région depuis le début de la pandémie, quatre défunts demeuraient au CHSLD Lionel-Émond, situé dans le secteur Hull. Quinze autres résidents de ce centre ont contracté le virus.

La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion, a par ailleurs rappelé en point de presse, vendredi, que 11 cas ont été détectés après une éclosion à l'Hôpital de Gatineau. «Le 30 avril dernier, nous avons dépisté 436 usagers et travailleurs de l'hôpital», a-t-elle mentionné. Il s'agit de cinq patients et de six employés. «Certains résultats» sont encore en attente, a précisé Mme Filion.

La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion

La directrice des soins infirmiers de l'organisation, Marie-Ève Cloutier, a pour sa part indiqué que cette éclosion a mené à un travail concerté entre l'équipe de prévention des infections, des médecins et la santé publique.

Quatre unités de soins ayant été placées en isolement préventif, le CISSSO a dû mettre en place «une stratégie de gestion de lits» différente pour éviter la propagation du virus. Un «swat team» de médecins spécialistes a aussi contribué aux efforts requis après la découverte de cette éclosion.

Mme Filion a insisté sur le fait que malgré l'éclosion, «les gens doivent continuer de se présenter à l'Hôpital de Gatineau pour leurs rendez-vous ou de se présenter à l'urgence si leur condition de santé le requiert.»

Même son de cloche du côté du directeur des services professionnels de l'établissement, le Dr Nicolas Gillot, qui a abordé la question des personnes atteintes d'une maladie chronique en rappelant que les groupes de médecine familiale sont «considérés comme des secteurs froids». «C'est important de continuer à se faire examiner par son médecin quand c'est nécessaire, a-t-il mentionné. Certaines méthodes actuellement de téléconsultation permettent d'éviter les déplacements inutiles, cependant certaines conditions nécessitent une réévaluation en personne.»

Bilan régional

Avec quatre nouveaux cas confirmés vendredi pour l’ensemble de l’Outaouais, la région compte désormais 326 personnes ayant été infectées. Plus de la moitié de ces cas sont rétablis. Sur l’ensemble des cas rapportés dans la région, la grande majorité se trouvent sur le territoire de Gatineau.

Le CISSSO a par ailleurs présenté de nouvelles données vendredi, dont la répartition des cas confirmés par groupe d'âge.

Ces données montrent notamment que 14% des cas diagnostiqués dans la région ont touché des gens de 70 ans et plus.

Le CISSSO a présenté de nouvelles données, vendredi.

Le CISSSO rapportait vendredi que 59 de ses employés avaient contracté le virus depuis le début de la crise.

«Près de 130» tests de dépistage sont effectués chaque jour en Outaouais. Mme Filion a souligné qu'il n'y a «pas d'enjeu» à cet égard, puisque le réseau régional «a une grande capacité». Les personnes qui ressentent des symptômes s'apparentant à ceux de la COVID-19 doivent composer le 1-877-644-4545 afin d'obtenir un rendez-vous à la clinique d'évaluation du secteur Gatineau, qui effectue aussi les tests de dépistage.

La répartition des cas par région.

Proches aidants

Les proches aidants pourront par ailleurs de nouveau effectuer, dès lundi, des visites dans les CHSLD et les autres milieux de vie pour aînés. De telles visites se feront sous certaines conditions seulement, et les proches aidants doivent communiquer avec la ressource concernée avant de s'y présenter.

Alors que le gouvernement a révisé ses directives et qu'un test de dépistage négatif n'est plus nécessaire avec qu'un proche aidant puisse effectuer une visite dans un centre d'hébergement pour aînés, la grande patronne du CISSSO affirme être «confortable» avec ce changement de cap de Québec. «Le plus grand besoin dans nos CHSLD, c'est justement une présence» pour les résidents, a mentionné Mme Filion en soulignant que de nombreuses précautions sont en place.

Le Dr Gillot a pour sa part mentionné qu'un test de dépistage «peut être faussement rassurant».