Le propriétaire de l'Hôtel British souhaite ériger un immeuble de 84 logements sur le terrain qui sert de stationnement à l’établissement dans le Vieux-Aylmer.
Le propriétaire de l'Hôtel British souhaite ériger un immeuble de 84 logements sur le terrain qui sert de stationnement à l’établissement dans le Vieux-Aylmer.

La COVID-19 a raison d’une dizaine de dossiers d’urbanisme à Gatineau

Une dizaine de projets d’urbanisme ont fait les frais de la COVID-19, mardi soir, lors de la séance du conseil municipal de Gatineau. Ils ont tous été repoussés à une date ultérieure en raison de l’impossibilité de suivre le processus de consultation publique habituel, incompatible avec les règles de distanciation sociale imposées par la Direction de la santé publique.

Jugés non prioritaires par le conseil parce qu’ils ne représentent pas une opportunité économique d’envergure, ou parce qu’ils ne répondent pas à des impératifs de santé et de sécurité publique, ces dossiers sont donc mis sur la glace au moins jusqu’au prochain conseil municipal en mai, et possiblement jusqu’à ce que les règles de confinement soient modifiées par le gouvernement du Québec.

Agrandissement du British

Quatre dossiers ont cependant fait l’objet des mesures d’exclusion prévues au décret gouvernemental. Dans ces cas précis, le processus de consultation publique devra se faire par le biais de communications écrites entre les citoyens et l’administration municipale.

L’un de ces projets concerne l’agrandissement du complexe de l’Hôtel British, sur la rue Principale, dans le Vieux-Aylmer. Le propriétaire souhaite ériger un immeuble de 84 logements sur le terrain qui sert de stationnement à l’établissement. Le stationnement sera pour sa part construit en souterrain, au même endroit. C’est la conseillère du quartier, Audrey Bureau, qui a convaincu le reste de ces collègues de l’importance de faire cheminer ce dossier sans attendre.

«Une partie des logements doivent être abordables, a précisé Mme Bureau. Le promoteur doit être en mesure de démontrer que le conseil municipal appuie son projet afin de le faire cheminer auprès de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Le projet avait d’ailleurs déjà été soumis à la population lors du processus menant à l’adoption du projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble et personne ne s’y était opposé.»

Mme Bureau a rappelé, lors du caucus préparatoire, que Gatineau vit une crise du logement, particulièrement dans la catégorie abordable, et que ce projet répond à un besoin immédiat.

Un autre projet immobilier, cette fois dans le secteur Masson-Angers, a pu faire l’objet des mesures d’exception. Le projet Plateau George, comprenant plusieurs centaines de portes, a été jugé prioritaire par le conseil municipal après une intervention du conseiller Marc Carrière. Les consultations publiques pour ce projet se feront donc par écrit. Les citoyens qui souhaiteraient s’y opposer devront aussi le faire par écrit.

Deux autres dossiers dont le processus avait été amorcé avant le décret gouvernemental sur les mesures de distanciation sociale pourront continuer de cheminer, à savoir un projet de terrasse, d’amphithéâtre et de production de produits alcooliques artisanaux à la Maison de la culture de Gatineau, ainsi qu’un autre projet dont les détails n’ont pas été précisés au 21, boulevard de Lucerne.