Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La clinique de vaccination de l’Université Laval est située au cœur du pavillon Alphonse-Desjardins.
La clinique de vaccination de l’Université Laval est située au cœur du pavillon Alphonse-Desjardins.

La clinique de vaccination à l’Université Laval ouvrira le 18 mars

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La deuxième plus grosse clinique de vaccination contre la COVID-19 de la région de Québec ouvrira ses portes sur le campus de l’Université Laval, le jeudi 18 mars.

Situé au cœur du pavillon Alphonse-Desjardins, le site de vaccination de masse accueillera ses premiers patients sur le coup de 10h30, ce jeudi. Le même pavillon avait été l’hôte d’un centre pour la vaccination contre le virus H1N1, en 2009.   

Comme au Centre de foires d’ExpoCité, il n’est possible de recevoir un vaccin que sur rendez-vous. Les horaires s’étendront jusqu’à 17h30 pour les premières journées à l’Université Laval. Cette fréquence d’ouverture se verra ajustée pour les semaines à venir, en fonction de l’arrivage des doses.  

Si les rendez-vous des premiers jours d’ouverture ont rapidement trouvé preneur, quelques disponibilités restent accessibles aux personnes âgées de 70 ans et plus d’ici la fin mars. Davantage de plages horaires demeurent aussi libres au début du mois d’avril, précise le CIUSSS de la Capitale-Nationale.  

À plein régime, 14 vaccinateurs seront à pied d’œuvre pour administrer jusqu’à 14 000 doses chaque semaine, soit un peu plus de la moitié de la capacité hebdomadaire du Centre de foires d’ExpoCité, la principale clinique installée sur le territoire de la région.  

Avec ces deux cliniques et celles installées aux pôles de Charlevoix et de Portneuf, la Santé publique régionale prévoit être en mesure de vacciner environ 50 000 citoyens par semaine.  

12 cas de variants dans la Capitale-Nationale 

Les données de l’Institut national de santé publique faisaient état de neuf nouveaux cas confirmés de variants sur le territoire de la Capitale-Nationale, mardi. Ce bond porte à 12 le nombre de cas de la souche britannique enregistrés dans la région. L’INSPQ procède aussi à l’analyse de 186 cas présumés. 

En Chaudière-Appalaches, aucun cas de variant n’a jusqu’ici été confirmé, mais 43 demeurent en cours de criblage.  

Au Québec, le nombre de cas de variants a grimpé de 179 en 24 heures pour atteindre 522 dans la province, dont plus de 300 dans l’unique région de Montréal.  

6800 doses d’AstraZeneca administrées 

La population aînée visée en priorité par le gouvernement peut recevoir sa première dose depuis le 10 mars, au Centre de foires d’ExpoCité. Comme la veille, le vaccin offert dans cette clinique mardi était celui d’AstraZeneca, qui n’a connu qu’un très faible taux de refus. Selon les données de la Direction régionale de santé publique, plus de 6800 personnes ont jusqu’ici reçu ce vaccin dans la région, dans les centres de vaccination de masse et à domicile pour les personnes incapables de se déplacer.  

Initialement, 8500 doses d’AstraZeneca ont été livrées dans la région. «Il y a des surplus qu’on doit passer dans les cliniques de vaccination étant donné la date de péremption du vaccin après 7 jours», précise la porte-parole du CIUSSS Annie Ouellet. 

Depuis le début de la campagne de vaccination, le 14 décembre dernier, près de 54 000 doses ont été administrées dans la Capitale-Nationale.  

Dans toute la province, 9,1 % de la population québécoise a reçu une première dose du vaccin contre la COVID-19.  

Stabilité des nouveaux cas  

À trois cas près, la grande région de Québec dressait mardi un bilan semblable à celui de la veille, alors que 44 nouvelles infections de COVID-19 ont été rapportées.  

Comme lundi, la Capitale-Nationale enregistrait 30 nouveaux cas. Le début de la semaine poursuit ainsi la tendance instaurée la semaine précédente. Entre le 7 et le 13 mars, la région signalait en moyenne 35 nouveaux cas par jour. 

Même si elle se rapprochait encore lundi du triste seuil des 1000 décès de la COVID-19 depuis le début de la pandémie, la Capitale-Nationale ne l’a toujours pas franchi. Les victimes se comptent toujours au nombre de 999, sur les quelque 22 955 personnes infectées depuis mars 2020. 

En Chaudière-Appalaches, le bilan de mardi faisait état de 14 infections supplémentaires, portant à 11 856 le nombre de cas confirmés dans la région. La veille, on en avait rapporté 11, soit toujours sous le signe de la continuité avec les derniers jours. La moyenne quotidienne des infections s’était établie à 13 lors de la dernière semaine.  

La donnée des décès demeure quant à elle inchangée, et ce, depuis le 28 février dernier. Chaudière-Appalaches déplore 288 morts depuis l’arrivée du virus sur le territoire.  

EN BREF 

Capitale-Nationale

  • 30 nouveaux cas confirmés, pour un total de 22 955 depuis le début de la pandémie 
  • 999 décès (+0) 
  • 37 personnes hospitalisées, dont cinq aux soins intensifs 
  • 21 617 personnes guéries 
  • 339 cas actifs 
  • 33 éclosions actives 
  • 53 771 doses du vaccin administrées (+2688) 

Chaudière-Appalaches

  • 14 nouveaux cas confirmés, pour un total de 11 856 depuis le début de la pandémie 
  • 288 décès (+0) 
  • Cinq personnes hospitalisées, dont une aux soins intensifs 
  • 11 447 personnes guéries 
  • 129 cas actifs 
  • 11 éclosions actives 
  • 28 466 doses du vaccin administrées (+835)