Le chef de bande de la communauté de Kitigan Zibi, Jean-Guy Whiteduck

Kitigan Zibi épargnée pour l’instant

La communauté de Kitigan Zibi est pour l’instant épargnée par la pandémie de COVID-19, confirme son chef de bande Jean-Guy Whiteduck.

«Nous maintenons nos services essentiels, mais nos centres communautaires et une partie de l’administration municipale sont fermés, a dit le chef Whiteduck, mardi. Si on voit des gens regroupés, nous sommes prêts à demander à notre service de police de séparer les gens. Mais pour l’instant, ça se passe bien.»

La population de Kitigan Zibi a accès à l’Hôpital de Maniwaki, ville voisine.

D’heure en heure, Kitigan Zibi transmet ses informations à la radio communautaire CKWE 103.9 FM. «Nous avons distribué à la population les documents fournis par le gouvernement provincial pour limiter la propagation. Et, comme ailleurs, Internet est très utile.»

M. Whiteduck souligne que la population suit bien les recommandations gouvernementales.

Par ailleurs, l’Assemblée des Premières Nations (APN) a déclaré mardi l’état d’urgence. Dans un communiqué, l’organisation demande un financement accru pour les communautés autochtones du pays, dans la lutte contre cette pandémie.

Le chef de l’APN craint surtout pour les communautés isolées, plus au nord.

«Les Premières Nations sont les communautés les plus vulnérables au pays. La prévention et la préparation quant à nos besoins spécifiques doivent être améliorées», a pour sa part déclaré le chef national de l’APN, Perry Bellegarde.

Le financement prévu par le gouvernement fédéral est bien accueilli par l’APN. Mais selon le chef Bellegarde, il en faudra davantage pour suffire à la demande si le pire survient dans l’une des 96 communautés isolées du pays. «Nous devons agir maintenant», dit-il.