Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le député de Pontiac, André Fortin
Le député de Pontiac, André Fortin

Fortin presse Québec de «clarifier» ses intentions sur la frontière avec l'Ontario [VIDÉO]

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le député de Pontiac, André Fortin, demande au gouvernement du Québec de clarifier rapidement ses intentions au sujet d'une éventuelle réouverture de la frontière avec l'Ontario.

Avec les faibles hausses de nouveaux cas de COVID-19 récemment observées à Ottawa et en Outaouais, le député libéral André Fortin estime qu'«il ne semble pas y avoir de cohérence dans le message du gouvernement» et qu'il est «temps de considérer» la réouverture de la frontière interprovinciale.

«Le gouvernement du Québec semble avoir un plan de déconfinement pour tous les secteurs et pour toutes les régions, sauf pour la réouverture de la frontière avec l'Ontario, a-t-il mentionné en entrevue avec Le Droit. […] Hier, le premier ministre semblait souhaiter attendre que les gens aient deux doses avant de rouvrir la frontière.»

«Intégrés»

Pendant ce temps, le chef de poste et conseiller spécial du gouvernement en matière de relations canadiennes au Bureau du Québec à Ottawa, Mario Lavoie, a publié un message sur Twitter, mercredi matin, dans lequel il affirme que seuls «les gens de Queen's Park [croient] que la frontière entre l'Outaouais et Ottawa est fermée.

«La réalité c'est que la frontière entre nos deux régions ne peut être fermé [sic], a aussi écrit M. Lavoie. Les soins de santé, l'économie, le marché du travail sont intégrés.»

André Fortin, qui est également leader parlementaire de l'opposition officielle, juge que dans le contexte actuel, «il est temps que le gouvernement ait une sérieuse réflexion sur cet enjeu-là». «En fait, [mardi], les réponses du premier ministre donnaient l'impression qu'il n'y a personne, au gouvernement du Québec, qui se penche sur cette question-là en ce moment», a-t-il ajouté.

M. Fortin estime que dans la mesure où les restrictions ont été levées pour les déplacements entre les différentes régions du Québec avant la période des vacances estivales, il serait «normal» que les gens de l'Outaouais puissent eux aussi prévoir leur été en fonction ce qui se passera avec la frontière interprovinciale.

Décision à deux

Le gouvernement du Québec n'est toutefois pas le seul à avoir un pouvoir décisionnel dans ce dossier. En début de semaine, le bureau de la Solliciteure générale de l'Ontario, Sylvia Jones, a réitéré au Droit que la fermeture des frontières avec le Québec et le Manitoba reste en vigueur et que cette mesure pourrait être reconduite par tranche de deux semaines. À l'heure actuelle, l'Ontario a prévu que la fermeture de ses frontières interprovinciale sera maintenue jusqu'au 16 juin.

C'est donc dire que même si le gouvernement du Québec optait pour une réouverture plus hâtive du côté de l'Outaouais, les déplacements entre les deux rives ne seraient pas plus permis tant que le gouvernement de l'Ontario n'emboîtera pas le pas.

«Éventuellement»

En point de presse mercredi, la directrice de la santé publique de l'Outaouais, la Dre Brigitte Pinard, a rappelé que la décision se prend au niveau provincial. Elle n'a donc pas voulu dire quel serait le meilleur moment, à ses yeux, pour rouvrir la frontière.

«Je ne peux pas mettre une date sur la table, on n'a pas eu d'annonce encore, mais je vous dirais que globalement, l'amélioration des situations épidémiologiques des deux côtés de la rivière [...] est un très bon signe et devrait amener des changements, a-t-elle dit. […] On s'en va, je pense, dans la bonne direction pour voir éventuellement des changements.»