Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les premiers ministres de l’Ontario Doug Ford et du Québec François Legault
Les premiers ministres de l’Ontario Doug Ford et du Québec François Legault

Ford et Legault demandent à Trudeau de mieux protéger les frontières

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les premiers ministres de l’Ontario Doug Ford et du Québec François Legault ont envoyé une lettre à Justin Trudeau, jeudi, pour lui demander de réduire les vols internationaux et de déployer d’autres mesures de protection à la frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis. Quelques heures plus tard, le premier ministre du pays a fait une annonce en ce sens.

Alors que les cas de variants préoccupants de la COVID-19 poursuivent leur périple de transmission partout dans le monde, la pression continuait d’augmenter au Canada, jeudi. 

Doug Ford et François Legault ont demandé au premier ministre Trudeau des actions plus décisives afin de réduire le risque de propagation de ces variants, jugés plus contagieux par les spécialistes de santé publique.

«Nous soutenons pleinement les mesures actuellement prises, comme exiger un test négatif de tous les passagers avant d’embarquer sur un vol ou d’arriver à une frontière terrestre, limiter le nombre de points d’entrée internationaux et instituer de nouvelles mesures de dépistage et de quarantaine à l’arrivée, mais il en faut plus», ont écrit les dirigeants des deux provinces les plus populeuses du pays.

Quelques heures plus tard, le premier ministre Trudeau a annoncé que le Canada n’accueillerait aucun vol en provenance de l’Inde et du Pakistan pendant au moins un mois. 

La mesure devait entrer en vigueur en soirée. 

Systèmes de santé

MM. Ford et Legault ont souligné dans leur lettre l’importance de renforcer les mesures aux frontières pour veiller à ce que leurs systèmes de santé respectifs ne soient pas sollicités davantage. 

Les premiers ministres provinciaux ont demandé que ces mesures soient mises en place «aussi longtemps que nécessaire, ou jusqu’à ce que les risques que de nouveaux variants se présentent au Canada en raison de voyages aériens et terrestres non essentiels aient été efficacement minimisés».

Ils déplorent aussi les problèmes liés au dépistage et à la mise en quarantaine aux frontières, «y compris la falsification des documents de tests COVID-19, les voyageurs optant pour des amendes plutôt que le respect des exigences de quarantaine, ou les déplacements en véhicule privé ou avion pour éviter la quarantaine».

Variants

Les variants préoccupants de la COVID-19 qui ont été repérés au Canada sont ceux émergeant du Royaume-Uni (B.1.1.7), de l’Afrique du Sud (B.1.351), du Brésil (P.1) et du Nigéria (B.1.525). 

Un cas du variant émergeant de l’Inde (B.1.617) a également été répertorié au Québec. Ce variant fait actuellement l’objet d’une grande inquiétude au niveau international en raison de la rapidité à laquelle s’est dégradée la situation sanitaire en Inde.

Le variant B.1.617 est issu d’une double mutation du coronavirus. Il n’a pas encore été prouvé qu’il est plus contagieux que les souches existantes ou qu’il pourrait être plus résistant aux vaccins que les premières souches du virus.

***

À LIRE AUSSI: COVID-19: lettre de Doug Ford et François Legault à Justin Trudeau